La magie du spectacle était bien présente dimanche au Trianon Convention Center, tant l’interprète de Vaiana y a mis tout son cœur et son âme. Un beau moment que Gérard Louis et Nathan Show World ont partagé avec les plus jeunes qui, du coup, ont aussi permis aux adultes de retrouver leur âme d’enfant.

Ils n’étaient pas très nombreux dans la salle du Trianon Convention Center pour assister au spectacle Vaiana, légende tahitienne transformée en film d’animation par Walt Disney. Dans la salle, on a pu voir quelques enfants habillés en Vaiana sous le regard attendri des parents, qui eux aussi se sont prêtés au jeu de cette belle histoire.

La princesse Vaiana vit dans le village de Hiva Oa, qui est menacé d’extinction. Fille du chef du village et aidée par les conseils de sa grand-mère, elle mettra tout en œuvre pour récupérer le coeur de la déesse Te Fiti qui a le pouvoir de créer la vie.. Pour cela, elle part en quête du demi-dieu Maui. Le conte met en relief la beauté d’une nature verdoyante et celle d’un peuple tahitien attaché à sa culture.La qualité de l’esthétisme a beaucoup contribué au succès du spectacle proposé par la compagnie Nathan Show World, encadré par GL Events avec à la tête Gérard Louis. On est loin de ces clichés de contes de fées où il est sans cesse raconté que le prince et la princesse vécurent heureux de nombreuses années. Ici, Vaiana change de registre et embarque les petits dans un monde où la nature doit être sauvée, les sensibilisant du coup à la protection de l’environnement. L’insouciante aventurière veut vivre de ses rêves fantastiques en défendant les siens contre la déesse Te Fiti. L’histoire est envoûtante et est desservie par des personnages à la fois attachants et drôles.

La comédie musicale emmène petits et grands à la découverte de la Polynésie, des danseuses tahitiennes et de deux personnages farfelus : Maui le demi-dieu et son complice crabe, Tamatoa. On rit de leurs péripéties et on finit par s’attacher à ce demi-dieu, qui se présente avec de nombreux tatouages sur le corps, peints à l’encre noire. On se plaît à suivre avec une attention soutenue ces personnages rocambolesques dans leur péripétie. En bref, le spectacle a eu le mérite de nous séduire de par la fraîcheur de ses personnages, de ses chansons et des danses subtilement dosées, mais surtout à travers ses fabuleux décors. Différent de la Reine des Neiges, certes, mais tout aussi prenant. Un agréable moment de divertissement somme tout pour bien démarrer l’année.