MCB Equity Fund, fonds d’investissement du groupe MCB, est sorti du capital de Speedy France après le rachat de cette enseigne de réparation rapide par Bridgestone EMEA. Cette dernière, qui est la filiale du géant japonais Bridgestone Corporation, premier fabricant mondial de pneus, a acquis la totalité du capital de Speedy France.
Le groupe MCB avait en 2011 financé une opération de « Management Buyout » (rachat par des dirigeants d’entreprise) à travers une participation au capital de Speedy France via MCB Equity Fund, ainsi que par des prêts octroyés par son pôle bancaire, MCB Limited. Depuis cette opération, Speedy a poursuivi son développement pour compter aujourd’hui environ 480 centres de réparation rapide.
La société est considérée comme « l’enseigne de réparation rapide la plus célèbre de France », indique la MCB dans un communiqué de presse. Speedy, ajoute les milieux concernés, a consolidé sa marque et son business en se focalisant sur le service client et les innovations. « Parmi sa clientèle, qui s’amplifie annuellement, on compte un nombre grandissant d’opérateurs de flottes de véhicules », fait-on ressortir.
Parlant des opérations menées par le groupe MCB concernant Speedy France, Rony Lam, chief executive de MCB Capital Markets, a indiqué qu’elles témoignent de la capacité de la MCB à soutenir des transactions internationales complexes tout en boostant encore plus l’excellente réputation des équipes de Private Equity et d’International Banking du groupe. Joël Lambert, membre de l’équipe de négociation de MCB Capital Markets, est d’avis que les opérations touchant Speedy France démontre la capacité du groupe bancaire mauricien à structurer et à exécuter un « Management Buyout » dans un environnement délicat, avant de réaliser sa sortie du capital d’une entreprise florissante par la vente de ses investissements.  
Dans les milieux de la MCB, on indique que Speedy réalise des ventes annuelles de l’ordre de 1,2 million de pneus et qu’elle détient 4,5% du marché français. La société a enregistré environ 4,6 millions d’euros de bénéfices bruts en 2015, aidée en cela par une stratégie axée sur des services à plus forte valeur ajoutée.