Le Syndicat des pêcheurs de Maurice réclame une aide sociale pour ses membres. Commentant l’année 2011 à un point de presse ce matin au Centre social Marie Reine de la Paix à Port-Louis, le SPM a jugé importante la création de cette structure en vue de soulager les pêcheurs pour qui l’année 2011 s’est déroulée contre vents et marées.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          Promesses non tenues par le ministre de la Pêche Nicolas Von Mally, « incompétence » des officiers du ministère… Des propos redondants tenus à chaque rencontre entre les représentants de la presse et le SPM durant l’année 2011.
Les pêcheurs, irrités, ne savent plus à qui s’adresser pour faire entendre leur voix. Bien qu’ils réclament depuis plusieurs années un ministère à part entière destiné au secteur de la pêche (NDLR : le ministère de la Pêche était autrefois affilié à celui de l’Agro-industrie), les choses ne se sont pas pour autant arrangées depuis la création du ministère de la Pêche avec le ministre Nicolas Von Mally.
Pour Judex Rampaul, président du Syndicat des pêcheurs de Maurice (SPM), les revendications des pêcheurs sont tombées dans l’oreille d’un sourd. « Nanie na pa finn fer pou soulaz sitiasion peser », affirme-t-il, rappelant que les choses vont de mal en pis. D’où l’importance, souligne-t-il, d’une aide sociale pour les pêcheurs « surtout dans le cadre des fêtes de fin d’année et en vue de compenser la mauvaise année 2011 ».
Cette proposition de Judex Rampaul serait destinée principalement aux pêcheurs hauturiers (pêcheurs de banc) qui ne travailleraient pas depuis bientôt huit mois.
Également présents au point de presse, les pêcheurs de banc ont souligné l’urgence de la situation, indiquant qu’ils n’ont pas eu de renouvellement de contrat avec les bateaux pour lesquels ils travaillent. « O kontrer, bann-la finn pran bann peser malgas-la pou fer travay-la », lancent-ils. « Napa kapav pran dimounn an deor pou travay alor ki Moris mem ena dimounn ki kapav travay », a laissé entendre Judex Rampaul, qui est rejoint dans ses propos par Mustapha Mohammed surnommé Gandhi. « Avek bann fet fin dane, bizin kapav permet sa bann fami-la gagn enn pe lazwa dan zot leker », a lancé M. Mohammed. D’où l’importance de l’aide sociale réclamée aux pêcheurs.
Survol de la situation
Faisant un survol de la situation dans le secteur de la pêche à Maurice, le président du SPM s’est insurgé contre le laxisme des autorités compétentes concernant les permis de pêche pour les poissons pélagiques (thon) octroyés aux bateaux de pêche hauturière dans le cadre d’un accord de partenariat entre les pays de la Commission européenne et Maurice ; Angel I ; le raz de marée qui a touché les côtes du sud avant le mois de septembre endommageant plusieurs bateaux dans cette partie de l’île, entre autres.
Le SPM fait état également du silence et du travail non continu autour du Comité consultatif de plusieurs stakeholders réuni le 27 juillet à Port-Louis afin de discuter de divers secteurs liés à la pêche, notamment la sécurité en mer, le développement côtier, le Fishermen Investment Trust (FIT) et le Fish Aggregating Devices (FAD). Ou encore celui des Assises de la Pêche.
Pour le syndicat, l’année 2011 a été infructueuse, tant en termes de prises que de décisions en faveur du secteur. « Zot pa donn lintere kominote peser. Minister pe dormi, ek gouvernman pe anons enn bann proze ki na pa pou tini larout », a martelé Judex Rampaul en référence au projet de ferme d’algues lancé (sur une base expérimentale) en novembre à Albion. Concernant les annonces budgétaires, le président du SPM avance que le repeuplement du lagon avec des alvins n’a pas sa raison d’être « parski ena piyer dan lagon ». « Sa na pa pou sanz nanie », souligne-t-il.
S’agissant des formations dans le cadre des divers projets annoncés par le gouvernement, les pêcheurs présents au point de presse ont fait comprendre qu’ils n’ont reçu aucune lettre d’invitation pour une « quelconque formation ». Pour eux, la formation des pêcheurs devrait se faire par les pêcheurs, insistant que plus de pêcheurs devraient siéger sur le FIT. Et de conclure que le SPM changerait de tactique pour faire entendre sa voix à partir de l’année prochaine.