La mise en place d’une étude épidémiologique sur les maladies respiratoires, à Maurice et dans les pays de l’océan Indien, a fait l’objet de discussions au congrès annuel de la Société de pneumologie de l’océan Indien qui a pris fin le dimanche 20 novembre à l’île de La Réunion. La prise en charge de l’asthme, selon les recommandations internationales, les insuffisances respiratoires chroniques et les progrès de la technologie médicale, dont l’endoscopie bronchique, étaient notamment à l’ordre du jour.
Des pneumologues de Maurice, de La Réunion, d’Afrique du Sud, de Madagascar et des universités françaises, Paris Descartes et Paris Sud, étaient présents au congrès de la Société de pneumologie de l’océan Indien (Spoi).
Les maladies respiratoires sont en recrudescence dans la région et à Maurice en raison de la pollution (oxyde de carbone), des changements climatiques, du tabagisme notamment. L’année dernière, lors d’un congrès de la Commission de l’océan Indien (COI) sur le climat et la santé, les scientifiques ont d’ailleurs relevé l’incidence grandissante des pathologies pulmonaires comme l’une des conséquences précoces des variations climatiques. Une étude présentée précédemment par le Dr N.C. Paratian, pneumologue mauricien exerçant à La Réunion et président de la Spoi, avait indiqué que 67 % des asthmatiques souffrent d’allergie depuis l’âge de 5 ans.
Le nombre d’« hospital discharges including deaths », imputables aux infections respiratoires aiguës, se chiffrait à 6 453 en 2009. Le poids de l’asthme est significatif dans ce décompte, soit 2 669 cas. À Maurice, les maladies respiratoires sont responsables de 8,5 % des décès. 735 des décès dus à des pathologies du poumon ont été répertoriés dans l’île en 2009. À l’hôpital spécialisé des maladies respiratoires de Poudre d’Or, la tuberculose et l’asthme sont les principales causes des hospitalisations.
Selon les indications du ministère de la Santé, 20,4 % des admissions sont imputables à la tuberculose (137 cas) et 20 % à l’asthme. Dans son mémoire de Diplôme universitaire de santé publique, le médecin mauricien Renuka Devi Modun-Bissessur avait observé l’apparition persistante de nouveaux cas de tuberculose pendant onze années consécutives dans l’île. Elle note toutefois une stabilisation de la tuberculose entre 1995 et 2005. Cette infection due au bacille de Koch est aussi associée à la maladie du sida.
Selon des études du ministère de la Santé, de l’Unicef de l’Inserm, institut de recherches français, 11 % des enfants mauriciens sont asthmatiques. En comparaison, ils sont 10 % à La Réunion, 7 % à Madagascar et 12 % en Inde. Or, 20 % des asthmatiques ne reçoivent pas un traitement approprié. La maladie est encore trop souvent mal diagnostiquée et mal soignée. Le taux de décès de l’asthme s’est accru de 20 %. Selon une étude réalisée à Maurice entre 1998 et 2005, les acariens sont la cause de 88 % des allergies respiratoires chez les Mauriciens.