Le jour même qu’expire la feuille de route du Comité International Olympique (CIO), Lausanne a accordé un nouveau délai à Maurice, notamment au ministère de la Jeunesse et des Sports pour que les amendements au Sports Act puissent se faire. En effet pour rappel, depuis jeudi, 1er octobre,  la feuille de route du CIO qui demandait au MJS d’amender le Sports Act afin de permettre au COM d’organiser son assemblée générale élective. Après plusieurs semaine de mutisme, Lausanne, par le biais d’un nouveau courrier signé Pere Miro et Lassana Palenfo, accorde un nouveau délai de 10 semaines à Devanand Ritoo, qui était dès le départ pris entre deux feux avec la décision du Premier ministre de ne convoquer l’assemblée que le 22 octobre soit 12 jours après l’expiration de l’ultimatum du CIO.
Au ministère des Sports, on a salué la démarche du CIO par le biais d’un communiqué qui a été émis vendredi par le service de presse du ministre. «Le ministère de la Jeunesse et des Sports, a pris bonne note de la correspondance, cosignée par Pere MIRÓ Directeur du Département des relations avec les CNO au Comité International olympique (CIO) et par l’Intendant Général Lassana PALENFO, Président de l’Association des Comités Nationaux Olympiques d’Afrique (ACNOA), datée du 10 octobre 2013», peut-on lire dans ce communiqué.
Un premier ouf de soulagement donc pour le MJS qui devait toutefois attendre qu’un créneau  lui soit accordé pour présenter sa nouvelle loi. Dans le courrier du CIO, il nous revient que Lausanne a encore une fois formulé des nouvelles propositions. Surtout en ce qu’il s’agit des cinq points  sur lesquels le MJS et le COM sont en désaccord. En particulier, la question de la reconnaissance des clubs où le CIO aurait fait une nouvelle formulation. Ou encore sur la question des nouvelles fédérations où le CIO aurait proposé l’organisation d’une mission des cinq fédérations internationales pour une enquête de terrain à Maurice. Principalement pour l’escrime, la gymnastique, le canöe-kayak, le pentathlon moderne et l’aviron.
« Le ministère de la Jeunesse et des Sports note avec satisfaction que les instances olympiques internationales ont répondu favorablement à sa demande d’extension et ont décidé de repousser le délai initial de 6 mois. Cela après que le CIO ait tenu en compte que « le processus progresse de manière positive et constructive.Le ministère remercie également le CIO pour les propositions et commentaires constructifs sur les quelques points en suspens», écrit encore le communiqué du MJS qui considère le travail du CIO comme une médiation.
La question maintenant est de savoir quand le ministre compte venir avec la nouvelle loi. Si on s’en tient au calendrier parlementaire en attendant la présentation de budget 2014 — qui va occuper une large partie des débats — très peu de portes restent ouvertes pour le ministre. Et comme le parlement pourrait fermer ses portes à la mi-décembre après les débats budgétaires il va sans dire que Devanand Ritoo est déjà sous pression.
Cette prévision n’ira qu’en crescendo vu que sa marge de manoeuvre est assez limitée. A moins qu’il obtienne un certificat d’urgence de la part du Premier ministre pour présenter la loi en première lecture à l’assemblée. Faut-il encore que la rédaction de la nouvelle loi soit terminée.