Ils sont une douzaine de Réunionnais qui sillonneront l’île dans le cadre du Conic ABS Extreme Tour, une initiative de Conic Sports. Depuis hier, ils se sont livrés à un petit show dans le skatepark de Bagatelle, après avoir participé au lancement officiel de la tournée, au siège d’Allied Motors à Réduit.
Conic Sports, par l’entremise de Nicolas Constantin, a pu réunir quelques grosses pointures des sports de glisse pour la première édition du Conic ABS Extreme Tour. « Je souhaiterais d’ailleurs remercier les sponsors qui nous ont suivis pour ce projet, ainsi que les riders qui ont fait le déplacement », a-t-il souligné lors de la présentation du programme de la semaine. « C’est une première dans le domaine des sports extrêmes », rappelle Nicolas Constantin. « Nos amis Réunionnais vont présenter un show qui ne manquera pas de séduire le public », promet-il encore.
En prenant connaissance du programme, on comprend qu’il soit chargé. Quelques passages en studio, une première démo vendredi au Riverside Shopping Center, une deuxième à Bagatelle samedi matin, puis une autre l’après-midi à Trianon. Dimanche, petit détour par le Nord à Circle Square, et une dernière sortie mardi prochain au Flacq Shopping Mall.
Après la conférence de presse, direction le skatepark de Bagatelle. L’occasion pour les riders, si peu loquaces en conférence de presse, de s’exprimer plus librement. Dans un univers qu’ils connaissent — les rampes et modules —, ils se laissent aller à des figures les unes plus spectaculaires que les autres. Backflips, slides, grinds, sauts : ils ont fait une petite démonstration de ce que serait leur semaine dans l’île. « Le but à la fin est de créer un pont entre les deux îles. Cela fait neuf ans que nous sommes invités. Maintenant, nous sommes ici. Et nous allons vraiment nous éclater », avance Patrice Martinez.
Au milieu de la bande de riders, on remarque Anthony Avella, neuf fois champion de France et un titre de champion d’Europe au compteur. Tous ces titres lui ont permis, en 2009, d’accéder au poste de sélectionneur-entraîneur de l’équipe de France de roller freestyle. Pour les caméras, il s’est livré à une petite démo de ce qui lui a valu un palmarès aussi bien garni. Backflips, sauts, tout y est passé. « Il faut une bonne hygiène de vie, comme dans tous les sports. Sans ça, on n’aboutit à rien », lance-t-il.
Lui qui a commencé le roller à l’âge de 12 ans ne regrette en rien son parcours. Des débuts au BMX et en skate, un passage vers le roller « pour ses figures aériennes », et une passion débordante pour ce sport : voilà ce qui le motive. « Je veux découvrir ce que Maurice peut offrir. Déjà, avec le skatepark de Bagatelle, ça rappelle un peu ceux qu’on trouve dans les malls d’Amérique. » Et il avance un argument pour sa discipline. « On est un peu des nomades, épris de liberté. Rien qu’avec le roller, j’ai visité 25 pays », rappelle-t-il.
Un conseil pour les aspirants-riders ? « Je leur demanderai de ne pas avoir peur de repousser leurs limites. Dans le sport, tout se joue au mental. Ne pas avoir peur, savoir dépasser ses propres limites, voilà ce qui fera d’eux de bons riders. » La semaine s’annonce vraiment chargée…