La première édition de la Sports Award Night, organisée par la municipalité de Quatre-Bornes s’est tenue le vendredi 7 février dernier à la salle des fêtes de la localité. Le Best Male Athlete et le Best Female Athlete, principales récompenses de la soirée, sont revenues à l’athlétisme, par l’entremise de Jean-Luc Vilbrim et Anabelle Lascar.
Le sacre de Jean-Luc Vilbrim n’est en aucun cas une surprise, lui qui s’est distingué l’année dernière  sur le cross-country avec une double consécration au niveau de la ligue et du championnat. Il s’était notamment imposé lors du 21 km Orange, obtenant la 42e place lors du Marathon de Paris. « Je suis très content de cette récompense. Je remercie mon entraîneur et mes parents pour leur soutien », fait-il ressortir. Pour sa part, Anabelle Lascar avait fait montre de son potentiel lors de son stage en France, avec des succès au 800 m lors des interclubs de Nancy et au meeting de Grenoble. Elle faisait également partie de l’équipe du relais-marathon organisé par l’Association des autorités urbaines. Elle s’attend à faire beaucoup mieux cette saison.
« Je suis déçue de n’avoir pu obtenir un podium aux Jeux de la Francophonie mais je vais redoubler d’effort en vue des Jeux du Commonwealth et des Championnats d’Afrique », fait-elle ressortir. Cette soirée des oscars a également constitué l’occasion d’offrir un hommage appuyé à quatre dirigeants sportifs de la ville qui ont disparu, à savoir Ram Narainen (arbitre international et Chief Welfare Officer), Reynolds Malabar (entraîneur d’athlétisme), Mario Zuel (footballeur au sein de la Fire Brigade et de la sélection nationale) et Guy Félix (physiothérapeute) .
La soirée a été agrémentée d’une démonstration de Kyokushinkai, de sketches de la troupe Komiko, et d’un spectacle de Dany Farla et ses danseuses. Danen Beemadoo, le maire de la ville des fleurs, a souligné que le sport occupe une place importante voire primordiale dans les activités de la municipalité. « Je tiens à spécifier que les sportifs bénéficieront de tout mon soutien pour qu’ils puissent s’épanouir dans leurs disciplines respectives. Dans ce contexte, je tiens à faire un appel au gouvernement afin que l’aide financière accordée aux clubs sportifs soit incluse au niveau de la Corporate Social Responsibility (CSR) et aux sociétés de la ville pour qu’elles réservent une certaine partie de leur budget afin de parrainer les équipes de la ville », soutient notre interlocuteur.