« Les dirigeants des associations tamoules adresseront une lettre commune au Premier ministre pour demander que Maurice ne soit pas représentée à ce Sommet du Commonwealth cette année », a déclaré le président de la Mauritius Tamil Temples Federation (MTTF). Menon Murday était entouré de tous les représentants des associations tamoules, dont l’Union tamoule, le Tamil Cultural Centre Trust, la Tamil Speaking Union et la Tamil League.
Le leader de l’Opposition Alan Ganoo, le secrétaire du MMM Steve Obeegadoo et plusieurs membres du parti étaient aussi présents à cette manifestation lors de laquelle Nitish Joganah a interprété une chanson très émouvante dédiée au Sri Lanka.
La manifestation a été précédée d’une marche qui a démarré vers 11 heures à partir du kovil situé près de la gare du Nord. Les manifestants munis d’un drapeau rouge et noir ont traversé Port-Louis jusqu’au Jardin de la Compagnie.
Rama Sooriamoorthy a dans une courte intervention rappelé que les problèmes de la minorité tamoule au Sri Lanka ont débuté en 1948. « La catastrophe qui secoue la communauté tamoule au Sri Lanka en est aussi une pour nous », a-t-il souligné. Pour lui, le sort des tamouls du Sri Lanka « est comparable à l’apartheid ». Il a expliqué que tout a été fait pour « écarter les tamouls des postes à responsabilité au Sri Lanka ». Les enfants de ces derniers n’ont pas eu accès à l’université et la langue tamoule a été remplacée par la langue sri-lankaise. « Ce qui s’est passé au Sri Lanka concernant la minorité tamoule peut se produire n’importe où dans le monde, d’où l’importance de la solidarité internationale et de la vigilance », a dit M. Sooriamoorthy.
Pour sa part, Menon Murday a soutenu que 70 000 tamouls sont toujours emprisonnés au Sri Lanka et vivent dans une « situation abjecte ». Il a souligné l’importance de la mobilisation de la diaspora tamoule en faveur de ceux qui souffrent dans ce pays. Il a demandé que les dirigeants politiques mauriciens n’assistent pas à cette conférence.
Le président de la MTTF a également fait état d’une rencontre qu’une délégation tamoule a eu récemment avec le haut-commissaire du Sri Lanka. Ce dernier n’a pas été en mesure de donner des informations sur les tamoules au Sri Lanka et a prétendu que le pays connaissait un progrès économique, ajoute-t-il. « Nous avons fait un walk-out et écrit au ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell pour lui faire part de ce qui s’est passé. »