« Elle est d’une telle humilité qu’elle ne s’attendait nullement à entendre prononcer son nom ! » C’est le sentiment que partagent à la fois personnel enseignant et non enseignant de la SSS Plaine Magnien, France Boyer de la Giroday, ce matin. Keren Poliah, qui fêtera ses 19 ans le 19 octobre prochain, devient la pionnière de son établissement scolaire où elle étudie depuis la Form I. Sa mère, Ketsia, secrétaire, et son père, Balraz, étaient aux anges. Idem pour la rectrice Preeti Mohadeb et les profs de la jeune fille, nommément Yogita Gobin et Sujata Lolljee : « Keren est l’étudiante dont tout collège rêve ! Appliquée, simple, gentille et généreuse, elle s’est surtout distinguée en ne prenant quasiment aucune leçon particulière ! »
10 h 25 ce matin à Plaine-Magnien qui s’est bien réveillé, les clameurs fusent dès que Leela Devi Dookun-Luchoomun prononce le nom de Keren Poliah… En un clin d’oeil, des centaines d’élèves arborant l’uniforme vert et blanc du collège ont pris d’assaut la cour de l’école. Ici, la pluie ne joue pas aux trouble-fête, heureusement ! « FBG (France Boyer de la Giroday) nou ki mari ! FBG mari » Les cris ne s’arrêtent pas… Environ une demi-heure plus tard, Keren Poliah débarque en compagnie de sa mère Ketsia dans l’enceinte du collège. La jeune fille est au bord des larmes. Sa mère ne peut quant à elle contenir sa joie… Accueillie par la rectrice Mme Mohadeb et les profs ainsi qu’une foule d’étudiantes venues faire la fête, Keren dédie sa première pensée « à mes parents, qui m’ont tout donné et certainement, mes profs. J’ai toujours pensé à eux comme s’ils étaient mes meilleurs amis. Cela a porté ses fruits ! » Séances de photos traditionnelles et rencontres avec les médias présents sur les lieux, Keren, coquette, chic mais toujours très lucide, n’a que des bons mots pour ses amies qui désormais voient en elle un modèle à suivre… « C’est beaucoup de travail personnel et d’application, beaucoup de bonnes relations et de partage avec les profs, c’est comme cela que j’ai passé cette année… Ce n’est pas en se tuant au travail, certainement pas ! » Studieuse, humble, modeste… les qualificatifs pour dire tout le bien de Keren ne manquent pas ; que ce soient les plus jeunes étudiantes, celles de Form I ou celles qui prendront part aux examens du HSC cette année, « Keren est et restera notre modèle à toutes ! » Consciente de cette aura, la jeune femme qui a pris comme discipline langue française, langue anglaise et sociologie comme matières principales, et General Paper et Hinduism comme subsidiaires, avoue que « désormais, je dois recommencer à réfléchir… Je ne m’attendais tellement pas à être lauréate ! Je me destinais à aller poursuivre des études en Angleterre et surtout en sociologie. Mais là, les données ont changé. Nous allons prendre une décision ensemble, avec maman et papa. » Ketsia et Keren Poliah diront, à propos du message de sir Anerood Jugnauth, relativement aux jeunes qui peuvent servir leur pays même à l’étranger, que « c’est la première fois qu’un PM dit quelque chose d’aussi sensé ! Nous lui en sommes reconnaissantes et le remercions. » Pour l’heure au collège, l’ambiance est aux pétarades et distributions de chocolats et autres sucreries pour fêter la toute première lauréate. « Nous célébrons en mars prochain les 20 ans du collège, ajoute Mme Mohadeb. Bien entendu, en sus de cela, je vais voir avec le ministère pour un jour additionnel de congé que les étudiantes vont évidemment réclamer ! » Une assemblée générale a clos la journée d’aujourd’hui, vu que nous sommes à la veille du week-end et que lundi sera férié. « Nous espérons que nous aurons droit à plus d’un jour de congé, disent les étudiantes. Ce n’est pas tous les jours que ça nous arrive ! La première fois en 20 ans, ça se fête ! »