Commentant la nouvelle appellation du collège SSS Monneron, désormais connu comme le SSS Abdul Hamid Mahomed Issac, Pravind Jugnauth a critiqué les journalistes : « Mahomed Issac était un vrai journaliste. Il avait eu un diplôme tout comme Husnoo, Leela Devi Dookhun et moi-même. » 
S’adressant ce matin aux élèves de la désormais SSS Abdul Hamid Mahomed Issac, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, n’a pas manqué d’égratigner les détracteurs du métro. Se décrivant lui-même ainsi que ses ministres comme des « serviteurs » du peuple, il a soutenu qu’il « abat le travail » pour lequel il est appelé. « Je veux moderniser Maurice et les jeunes verront que nous ferons de Maurice un pays à la pointe de la technologie », a-t-il dit. Concernant le projet Metro Express et ceux « qui nous reprochent de ne pas communiquer », il ajoutera : « Savez-vous depuis combien de temps on en parle ? Depuis combien de temps on suit les procédures légales et qu’on dit qu’il faut libérer ce tracé parce que le chantier va bientôt démarrer ? Il y a des personnes, je ne sais ce qui les anime… Mais est-ce qu’elles veulent mettre des bâtons dans les roues ? » Il a par la suite rassuré que « les procédures sont suivies ». Il ajoute : « Nous verrons. En tout cas, moi, je veux que quand nous aurons terminé notre mandat, les gens puissent dire à quel point le pays a progressé. Les gens feront leur propre jugement. »
Selon Pravind Jugnauth, il importe de rendre hommage à tous ceux qui ont contribué d’une manière ou d’une autre à l’avancement du pays. « Pa dimounn ki kan inn gagn enn pozision servi sa pou zot lintere personel. Ena pe gete komie zot pou kapav mete dan zot kof for, komie bal zot pou al fer. Mais les gens savent faire la distinction. Nous, nous sommes des serviteurs. Demain, c’est vous les jeunes qui serez là ! » Auparavant, il devait dire que même si le pays « jouit d’une harmonie sociale, contrairement à certains pays comme la Birmanie, il y en a toujours certains qui tenteront de mettre le feu ». Il poursuit : « C’est pour cela qu’il faut toujours chercher la lumière. La lumière, on la trouve à l’école. Les parents ont aussi leurs responsabilités. » Le PM devait aussi souligner l’importance des valeurs qui sont, selon lui, « en perte » aujourd’hui, tant chez les jeunes que chez les adultes. « Pourtant, ce sont des gens qui ont fait de grandes études. Ou kapav ena doktora me ou pena enn savoir viv. La réforme de l’Éducation a pour principal but d’apporter une éducation holistique », dit-il.