Le directeur d’une importante compagnie de la capitale de 31 ans, son épouse de 26 ans et leur jeune fils de deux ans ont vécu une expérience des plus traumatisantes dans la soirée d’hier. Vers les 21 h 15 alors que ces habitants de St François avaient laissé ouverte une des portes de leur domicile et vaquaient à leurs occupations, ils ont été surpris par la présence de trois individus portant des cagoules et armés de sabres.
« Kot Safe la ete. Nou pa pou fer zot nanyen. Nou pa pou fer okenn dimal. Dir enn fwa kot Safe la ete », devaient lancer les cambrioleurs à leurs victimes. Le chef de famille devait soutenir que la famille n’était pas propriétaire de coffre-fort et qu’il ne valait pas la peine d’insister.
Sur ce, les bandits devaient ligoter les mains et les pieds du directeur de compagnie, tout en bâillonnant sa bouche. L’épouse, encore traumatisée et qui craignait pour la sécurité de son fils de deux ans, a eu les pieds liés.
Les voleurs devaient fouiller la maison de fond en comble et ont fait main basse sur des bijoux de la famille, soit trois bagues en or serties de pierres précieuses, deux montres de marque internationale, dont le montant n’a pas encore été évalué, et trois téléphones cellulaires, dont deux de la marque Blackberry.
Les bandits ont également volé une somme de Rs 200 et de la petite monnaie se trouvant dans un sac appartenant à la jeune femme. Ils ont toutefois laissé sur place les cartes bancaires et de crédits du couple. Ils ont menacé leurs victimes au cas où ils alerteraient la police.
Les assaillants ont pris la fuite à bord du véhicule appartenant au chef de famille. Le véhicule a été retrouvé abandonné dans des champs de légumes à moins de deux kilomètres des lieux du cambriolage. Les occupants de la maison n’ont subi aucune violence.
Une enquête policière, menée par les sergents Ramasawmy et Krishna Naïr de la CID de Goodlands, a été initiée. Les spécialistes du Scene of Crime ont déjà procédé à des prélèvements en vue de retracer les auteurs de cambriolage à mains armées.