Horaires de bus irréguliers, inondations, absence de lampadaires pour l’éclairage des routes, chômage, alcoolisme et toxicomanie… Les problèmes que rencontrent les habitants de ce quartier de St-Hilaire, petit village du sud-est, sont nombreux. Ils ont fini par croire qu’ils sont des citoyens de deuxième grade. Certains pensent même qu’ils subissent une sorte de vendetta politique, privant leur quartier de développement.
Le chemin qui mène à ce petit quartier de St-Hilaire est trompeur. Il est bien asphalté et est bordé de plantes. Les lieux semblent accueillants, d’autant que le paysage est verdoyant. Tout porterait porte à croire que les résidents sont bien lotis, mais tel n’est pas le cas. Lors de notre rencontre avec les habitants, ces derniers égrènent un chapelet de problèmes. Un seul sentiment prévaut : l’exaspération. Elle est causée par le manque de réactions des autorités à leurs nombreuses doléances.