La sécurité sur les routes à St Julien d’Hotman serait à revoir à en croire Andian Mardaymootoo, un habitant de cette partie de l’île. Ses maintes requêtes adressées aux autorités depuis 2005 sont restées jusqu’ici sans réponse, se désole-t-il. Et comme rien n’est fait, poursuit-il, « fode gagn aksidan pou ki bann lotorite reazir », ne manquant pas de rappeler l’accident grave en janvier 2011, faisant 11 victimes.
Cet habitant de St Julien d’Hotman estime que les autorités ne font pas assez en matière de sécurité routière dans cette partie de l’île. Par conséquent, dit-il, les habitants du village se sentent constamment en danger sur les routes, principalement sur celle de Quartier-Militaire-St Julien d’Hotman via Providence, la Higginson Road. « Depi ki lizinn Mon Désert Alma inn ferme tou bann pwa-lour pas dan sa sime etrwat-la ek kan zot pase zot fer boukou dega. Bann kamion ki transport kann zet kann partou lor sime. Enn fwa, enn kamion inn zet enn gro ros lor sime, enn sans pa ti ena personn sa zour-la ki ti pre ar kamion-la.
L’habitant se dit outré que les autorités concernées n’ont pas daigné tenir compte de ses maintes requêtes. « Monn avoy mo reket Ministry of Public Infrastructures, National Transport Authority ek lezot ankor depi 2005, me zot pa finn ed nou boukou. Dan reket, fors viv St Julien d’Hotman ti demann fer bann do dann ek met robo. Azordi lor 5 do dann ki ti demande inn gagn zis de ek robo inn trouv zis so lanplasman. Fode gagn aksidan pou ki bann lotorite reazir. »
Andian Mardaymootoo avait aussi réclamé des trottoirs le long de la route menant au collège à St Julien d’Hotman afin que les élèves puissent marcher sans crainte.
Par ailleurs, les routes sinueuses causeraient pas mal d’inconvénients aux piétons qui peinent à traverser la chaussée pendant les heures de pointe. Les camions, qui obstruent le passage et causent des embouteillages. Certains lors de leur passage, endommagent des fils électriques, représentant ainsi un réel danger pour les habitants de St Julien d’Hotman.
« Avan aksidan grav 2011, an 2008 ti ena enn zanfan lekol ki ti tap ek enn kamion. Li ti ospitalize pandan plizir semenn. Bann otomobilis double lor krosing divan lekol. Pena enn vre sekirite routier : bann dimoun an danze », poursuit Andian Mardaymootoo. Entre 2005 et 2013, il y a eu certes des améliorations mais ce n’est pas suffisant, dit encore cet habitant engagé. Il en appelle ainsi aux autorités pour que le nécessaire soit à St Julien d’Hotman, en vue de réduire les risques d’accidents.