« Nous travaillerons pour voir émerger des gentlemen farmers maniant les dernières technologies informatiques et communications pour favoriser une agriculture moderne. On se penche sur ce projet qui devrait encourager les jeunes surtout ceux détenant un diplôme en biotechnologie à se tourner vers la terre et devenir des entrepreneurs heureux. » C’est ce qu’a déclaré Pravind Jugnauth, leader du Mouvement socialiste militant (MSM), lors d’une rencontre avec les planteurs de l’Est, hier après-midi, à Mont-Ida.
Après une tournée à St-Julien et à Camp-Thorel avant de rencontrer des planteurs à Mont-Ida, Pravind Jugnauth a dit avoir constaté que des champs sont laissés à l’abandon. « C’est triste de voir des planteurs faire face à autant de difficultés », a-t-il affirmé. Il a soutenu être venu écouter les doléances et les propositions des planteurs pour résoudre leurs difficultés. Ces propositions seraient prises en considération dans le cadre d’un plan d’action pour le secteur agricole à l’avenir.
Le leader du MSM a rappelé aux planteurs que c’est lui qui avait enclenché la machinerie pour la réforme de l’industrie sucrière entre 2000 et 2003 au temps où il assumait les fonctions de ministre de l’Agro-industrie. Il avait pu négocier avec l’Union européenne pour une enveloppe financière ainsi que des mesures d’accompagnement pour les planteurs. Sous le VRS (Voluntary Retirement Scheme) I, a-t-il indiqué, le patronat n’avait rien obtenu. Par contre, sous le VRS II entamé par Navin Ramgoolam, « les barons sucriers ont reçu des milliards de roupies et les planteurs ont été négligés ». « Ce secteur était voué à la mort mais je l’ai sauvé. » Il rappelle plusieurs mesures prises en 2010 en faveur des planteurs dont le rétablissement des facilités hors taxe pour certains types de véhicules.
M. Jugnauth a trouvé aberrante la décision du gouvernement s’agissant de la production d’éthanol destiné à l’exportation. « Le Brésil utilise un mélange d’éthanol et d’essence pour faire rouler des voitures. Ici, le gouvernement en est toujours au stade de projet pilote. Nou kouma dir pe al invant larou ». Il a indiqué que le MSM envisage de développer Mahébourg en un port énergétique. Pravind Jugnauth souligne qu’auparavant les planteurs qui ne pouvaient pas exploiter leur terre pendant 10 ans pouvaient la convertir pour des besoins résidentiels sans payer la Land Conversion Tax. « C’était un privilège ! » Le gouvernement, souligne-t-il, a fait amender la Sugar Industry Efficiency Act (SIEA) pour leur enlever ce privilège. « Il faut payer la Land Conversion Tax pour toute conversion de terre ». Il a dit son intention d’énoncer certaines idées intéressantes pour les différents secteurs de l’économie au congrès anniversaire du MSM prévu le 20 octobre prochain au Swami Vivekananda International Convention Centre (SVICC) à Pailles.