Les habitants de Plaine-Lauzun, regroupés au sein du Mouvement civique de Plaine-Lauzun, s’indignent que les contracteurs du Central Electricity Board (CEB) continuent les travaux de “redevelopment” à la centrale électrique de St-Louis, et ce malgré un “Stop Order” émis la semaine dernière, étant donné que le CEB n’est pas encore détenteur du Building & Land Use Permit (BLUP) émis par la municipalité de Port-Louis (MPL). Une plainte a été consignée à la police.
« Nous avons appris que la MPL a émis un “Stop Order” pour que le CEB arrête ses travaux à la centrale électrique de St-Louis, car il n’a pas encore obtenu son BLUP. D’ailleurs, la mairie nous a convoqués demain pour un “hearing” afin d’entendre les raisons pour lesquelles nous ne voulons pas que la municipalité remette au CEB un BLUP pour le “redevelopment” de la centrale. Or, lundi nous avons constaté que des travaux d’excavation avaient lieu sur le site, en violation au “Stop Order”. C’est pourquoi nous avons alerté la municipalité et nous avons porté plainte à la police », explique au Mauricien le président du Mouvement civique de Plaine-Lauzun (MCPL), Farade Nunnoo, photos à l’appui. « C’est révoltant de voir une organisation paragouvernementale comme le CEB faire fi non seulement de l’ordre d’une mairie, mais pire, de montrer son mépris total pour les craintes des citoyens de Plaine-Lauzun », s’indigne-t-il. « Nous espérons que la municipalité et la police feront leur travail ». Farade Nunnoo rappelle par ailleurs que la demande d’injonction que son mouvement a présentée à la Cour intermédiaire sera étudiée le 24 juin prochain. Concernant la convocation pour demain du Permits & Business Monitoring Committee de la municipalité, il accuse le CEB et celle-ci « de semer la confusion » dans la tête des gens. « Dans quel but font-ils cela ? La municipalité prend-elle à coeur la crainte de ses administrés pour leur santé et leur sécurité ou démontre-t-elle déjà par là sa préférence pour les intérêts du CEB ? » se demande-t-il. Il rappelle que dans un communiqué de presse en date du 17 mai 2016, le General Manager du CEB a avisé que son organisme compte demander à la municipalité un BLUP pour une Power Station Buildings at Saint Louis Power Station. Or, dans une “Legal Notice” envoyée aux habitants de Plaine-Lauzun, voisins de la centrale électrique, le GM du CEB parle d’un « Permit for Installation of Industrial engines at Saint Louis Power Station, Plaine Lauzun (Power Stations Buildings housing four electricity generation sets, of total 60 MW generating capacity and auxiliaries) ». Cependant, dans une convocation en date du 16 et du 21 juin, envoyée au président du MCPL pour comparaître devant le Permits & Business Monitoring Committee de la municipalité pour écouter ses objections à ce projet du CEB, la municipalité parle cette fois d’une « Planning Application (Ref. SG MOTOR/0004/2016) for the redevelopment of St Louis Power Station with installation of Powerhouse, Gis Sub Station, Tank Perm and Fuel Oil Treatment Building at Industrial Area, Plaine Lauzun ». « On voit très bien que le CEB et la municipalité ne parlent pas de la même chose et semblent semer expressément la confusion en employant des termes différents à chaque fois. N’est pas là un subterfuge pour noyer le poisson pour ensuite rejeter nos objectifs et venir dire que nous ne sommes pas contre un projet spécifique, mais contre un autre sur le même site ? Alors que nous, notre occupation prioritaire, c’est la santé des habitants qui depuis plus de 40 ans souffrent de pollution à cause de cette centrale électrique. On peut aisément imaginer à quel point notre santé sera affectée par ces travaux », dit-il.