Ils ne sont pas prêts de baisser les bras et la « grève continuera tant qu’il n’y aura pas du concret ». C’est dans le désespoir total que Douglas Baya une chaîne au cou, le gréviste de St Malo a lancé un nouvel appel au gouvernement. Lors d’une conference de presse tenue à l’hôtel St Georges ce matin du jeudi 15 février, Douglas Baya se dit « abandonner à lui même ». Il a déploré qu’aucun membre du gouvernement ne se soit déplacer pour s’enquérir de la situation au centre communautaire de St Malo à Baie du Tombeau.

Cette grève de la  faim, il l’a entamé pour faire entendre sa voix. Il en est à son 5e jour et se dit déterminer à aller de l’avant « quitte à crever et sortir les pieds devants du centre ». Le gréviste a assuré que le sort des gens qui squattent actuellement le centre de Baie-du-Tombeau est des plus alarmant. « Nou res 4 boit glenrik, 2 boit ti-pwa, zenfan pena couch ek gramatin ena in ale lecol san manze » a-t-il avancé et de lancer un appel aux autorités pour qu’ils fassent le déplacement pour s’enquérir de la situation.

Douglas Baya, qui fait grise mine, déplore la mauvaise administration des autorités concernées qui n’ont toujours pas réussi a trouver la solution à leur problème de logement.

Pour rappel, 22 jours depuis que les sinistrés de St Malo occupent le centre communautaire. Quatre réfugiés parmi les dix familles dont Douglas Baya ont entamé une grève de la faim depuis lundi revendiquant le droit au logement. Ils disent avoir fait une demande pour une maison de la NHDC depuis 10 à 20 ans. Ils réclament également que le paiement du dépôt soit étalé en plusieurs tranches.