L’AMA (Association mauricienne d’Athlétisme) songe sérieusement à confier la gestion du stade Maryse Justin, à Réduit, au ministère de la Jeunesse et des Sports après 20 ans. C’est ce qu’a déclaré à Week-End le secrétaire-général de la fédération, Vivian Gungaram. Selon lui, la situation financière de l’AMA ne lui permet plus de poursuivre dans cette direction. Qui plus est, les publicités payantes à l’intérieur du stade ont considérable baissé rendant ainsi la situation compliquée. D’autre part, l’association attend que la piste synthétique du stade, qui se trouve dans un mauvais état, soit remise à neuf après que la somme de quelque Rs 20M ait été approuvée dans le budget 2012 à cet effet. On s’attend également à ce que la piste du stade Camp du Roi, à Rodrigues, qui s’est dégradée depuis plusieurs années, soit également refaite.
« La publicité à l’intérieur du stade a connu une baisse et ce, depuis 2008, soit au commencement de la crise économique mondiale », a d’emblée déclaré Vivian Gungaram. Ce dernier se montre même très pessimiste en ajoutant que la situation financière actuelle de l’AMA, qui bénéficie d’un budget de Rs 5 550 000 auprès de l’Etat à travers le ministère de la Jeunesse et des Sports, ne lui permet plus de gérer cette infrastructure. « L’entretien nous coûte cher et de plus, nous avons un personnel composé de trois personnes à notre charge », a-t-il précisé. Vivian Gungaram trouve même très difficile d’injecter une partie de son budget dans la gestion du stade, alors que l’argent manque pour le développement de la discipline.
Selon les derniers chiffres disponibles à l’association, la gestion du stade Maryse Justin aura coûté Rs 771 000 en 2011, alors qu’en terme de revenues, rien que Rs 471 000 sont rentrées dans les caisses, soit un manque de Rs 300 000. « C’est vrai de dire qu’on loue le stade avec les collèges. Il n’empêche que cela ne dure que quatre ou cinq mois sur l’année et que cela n’allège pas le budget de gestion », a fait remarquer Vivian Gungaram.  C’est donc après 20 ans que l’AMA songe sérieusement a demandé au MJS de reprendre la gestion du stade Maryse Justin. « Financièrement, c’est très lourd. D’un autre côté, on ne peut pas prendre l’argent qui est destiné au développement des athlètes pour gérer le stade », a-t-il déclaré. Soulignons que le stade Maryse Justin avait été construit dans le cadre de l’organisation des 2es Jeux des Iles de l’océan Indien, en 1985.
D’autre part, l’AMA s’attend à ce que la piste de ce stade soit remise à neuf après que le budget ait été approuvé dans son  dernier exercice. Selon Vivian Gungaram, cela fait trois ans  que l’association a adressé une demande auprès du MJS dans ce sens. Il y a eu un « patching » il y a deux ans, soit des travaux de réparation visant uniquement à combler les parties abîmées. « Cela a tenu bon. Il n’empêche que la piste a commencé à s’abîmer sur plusieurs parties. » C’est donc en toute logique que l’AMA a fait une nouvelle demande l’année dernière pour qu’une nouvelle piste soit aménagée, d’autant que cette infrastructure date de plus de 26 ans ! « Nous avons constaté avec joie que le budget a fait provision de quelque Rs 20M pour le stade Maryse Justin et nous espérons que les travaux seront entamés dans le plus bref délai », a fait ressortir le secrétaire-général de l’AMA.
Les centimètres qui manquent à Camp du Roi
Pour conclure, Vivian Gungaram s’est dit très concerné par la situation difficile à laquelle doivent faire face les athlètes rodriguais depuis plusieurs années avec la détérioration de la piste du stade Camp du Roi. « Dans le budget 2011, une somme a été votée pour la rénovation de cette piste synthétique », a-t-il avancé. Selon notre interlocuteur toutefois, les officiers du ministère des Infrastructures Publiques ont évoqué un problème concernant cette piste. Selon lui, ces derniers ont indiqué que la circonférence manque de quelques centimètres et ne fait pas 400m. « Pourtant, ce même ministère était impliqué dans la construction de ce stade et de cette piste, il y a une dizaine d’années ! Maintenant, on dit qu’il manque un bout à la piste! », a-t-il fait remarquer.
Pour Vivian Gungaram, il n’est pas impossible de récupérer ces quelques centimètres et il l’a expliqué à ceux concernés. Il n’empêche, a-t-il ajouté, que cela ne peut se faire que sur conseils et sous la supervision d’un consultant professionnel étranger. « A Maurice, nous n’avons pas des professionnels pour les pistes synthétiques. Au sein de l’association, nous espérons que les travaux seront très vite entrepris, car Rodrigues demeure une pépinière pour Maurice. Avec l’arrivée d’une nouvelle administration à Rodrigues, nous espérons que les travaux débuteront rapidement », a-t-il souligné.