Les cinq pongistes qui ont fait un déplacement en Chine sont de retour depuis hier. Après quelques jours de repos, ils reprendront l’entraînement. L’occasion pour l’encadrement technique d’évaluer le travail accompli.
Ce stage aura servi trois bus. Le premier, préparer Omar Ahmed et Wassiim Gukhool en vue des Jeux de la CJSOI en janvier prochain. « C’est notre objectif prioritaire l’année prochaine », laisse entendre Rajessen Desscann, membre du comité technique de l’Association mauricienne de tennis de table (AMTT). Le deuxième but a été de faire les jeunes issus du projet Baby Ping Elite s’offrir un premier stage de haut niveau. « Nous voulions que les jeunes constatent les raisons derrière le haut niveau de la Chine. »
La dernière raison a été de les faire connaître le rythme d’entraînement afin d’atteindre le haut niveau. « Là-bas, ils étaient à trois séances par jour, soit environ 5 heures. À la fin de la semaine, ça faisait un total de 25 heures. »
Mais Maurice souffre d’un problème majeur. « Notre système ne nous permet pas de maintenir ce rythme. » Mais la solution qui se rapproche le mieux a été appliquée depuis très longtemps. « Depuis 2011, nous sommes passés de deux à trois heures d’entraînement par jour. Les joueurs sont donc à une moyenne de 12 à 15 par semaine. » Cependant, les choses iront crescendo d’ici quelque temps. « Les pongistes, qu’ils soient du projet Baby Ping Elite ou en lice pour les Jeux de la CJSOI, ne devront pas perdre ce qu’ils ont appris. »
Par ailleurs, le déplacement pour la France et le Club Le Vallois se précise. Les deux pongistes Allan Arnachellum et Isabelle Chowree rejoindront Akhilen Yogaradjah au sein du club champion de France. « Cette association est bénéfique pour le tennis de table mauricien », lance Rajessen Desscann.
En effet, après un passage au Club Le Vallois, les trois pongistes se rendront aux championnats du monde à Paris. Après les Mondiaux, ils reviendront à Le Vallois, avant de faire leurs valises pour l’île Maurice. « Nous sommes très contents de voir qu’Akhilen s’est joint à nous. Ce dernier a connu une bonne progression ces deux dernières années. »
Le pongiste, né de mère mauricienne et de père sri-lankais, est en effet passé du 900e rang à la 307e place au classement français en deux ans. « Quand on sait que le nouveau champion d’Afrique juniors Yaanis Jouffi est 319e français, on ne peut que se réjouir de sa présence au sein de l’équipe de Maurice. »
Au championnats du monde, les trois pongistes seront engagés en simple hommes et simple dames, en double hommes et en double mixte.