Une trentaine d’entreprises indiennes ont participé récemment au Trident Hotel à Mumbai à un atelier promotionnel qui servait aussi de coup d’envoi aux Standard Chartered Mauritius Gateway Series. Tenue sous l’égide de la Standard Chartered Bank avec la collaboration d’Enterprise Mauritius, la rencontre avait pour thème « Accès à l’Afrique pour les entreprises indiennes via l’île Maurice ».
L’atelier à Mumbai en Inde a permis aux participants d’engager des discussions franches sur les opportunités d’affaires que Maurice peut fournir en tant que centre financier régional, aux entreprises indiennes intéressées à investir en Afrique. Étaient présents Cader Sayed-Hossen, ministre du Commerce et de l’Industrie, Neeraj Swaroop, Regional Chief Executive de la Standard Chartered Bank – Asie du Sud-Est, et Sridhar Nagarajan, Chief Executive Officer de la Standard Chartered Bank à Maurice.
Neeraj Swaroop a souligné le rôle de la Standard Chartered Bank dans l’établissement de liens entre les marchés tels que Maurice, Inde et Afrique. « Cette série de tournées d’affaires est à l’origine d’une formule très simple car nos racines sont profondément ancrées dans la facilitation des flux commerciaux. Avec un patrimoine bancaire de plus de 150 ans et une forte présence physique dans des marchés stratégiques tels que l’Afrique, l’Asie et le Moyen-orient, la Standard Chartered Bank peut aider à faciliter les échanges car Maurice est une passerelle entre l’Afrique et l’Asie. Le pays est de plus appelé à devenir une plaque tournante financière qui facilitera l’accès des entreprises indiennes », a déclaré le Regional Chief Executive de la Standard Chartered Bank – Asie du Sud-Est.
Sridhar Nagarajan a pour sa part indiqué que la direction de la banque a été agréablement surprise par l’intérêt de la communauté des affaires indiennes quant aux opportunités que l’Afrique peut offrir à travers Maurice au lieu de se concentrer simplement sur des questions comme les conventions de double imposition. « Les entreprises et les banques attribuent leur capital en analysant les risques du pays et Maurice possède l’un des classements les plus bas, au niveau des risques, en Afrique. Comme Singapour ou Hongkong qui sont des centres financiers pour l’Asie du Sud-Est, Maurice est idéalement situé pour devenir la porte d’entrée sur l’Afrique et l’Asie. Le capital humain dans le pays ajoute de la valeur au commerce. Comme Maurice a des capacités bilingues, cela permet de s’engager avec les pays francophones et anglophones en Afrique. Ces facteurs font de l’investissement sur les marchés africains plus efficaces si le pays est utilisé comme une passerelle », a soutenu le CEO de la Standard Chartered Bank à Maurice.
Selon un communiqué de la Standard Chartered Bank, Cader Sayed-Hossen a mis l’accent sur l’économie libérale et les pratiques commerciales à Maurice. « Ces pratiques visent à positionner l’île comme une économie libre et compétitive au niveau mondial. Nous avons déjà des mesures pour soutenir le commerce, y compris un secteur bancaire bien développé, de bonnes infrastructures, une structure sociale bien équilibrée et des réglementations transparentes. Outre les mesures d’incitation du gouvernement (les incitations fiscales…), le pays peut offrir aux investisseurs un environnement économique et politique stable, un système législatif solide et une main-d’oeuvre hautement qualifiée et dynamique », a souligné le ministre. Il a aussi fait état des politiques commerciales préférentielles entre les pays de la SADC et du COMESA, permettant aux entreprises indiennes d’atteindre « quelque 600 millions de consommateurs en Afrique ».
L’évolution rapide du secteur des produits de grande consommation représente, selon la direction de la banque, une possibilité de marché qui devrait attirer l’intérêt des investisseurs indiens. « L’Afrique est l’un des continents avec une classe moyenne émergente. Le continent présente de réelles opportunités aux entreprises indiennes qui souhaitent investir dans des produits à forte consommation. Compte tenu de ses accords commerciaux préférentiels avec la SADC et les pays du COMESA, Maurice est parti pour être la plateforme idéale pour fournir des produits à valeur ajoutée à ces marchés. Nous encourageons les investisseurs indiens à mettre en place des partenariats commerciaux dans le pays pour avoir accès aux marchés de la SADC et du COMESA », a ajouté Jean-Paul Ndjemba, Head, Origination & Client Coverage de la Standard Chartered Bank de Maurice.
Décrivant le volume des échanges croissant entre l’Afrique et l’Inde, Dinesh Khanna, Transaction Banking Regional Head – Asie du Sud de Standard Chartered, a ajouté que « les six et huit derniers mois ont vu une augmentation considérable de l’investissement du commerce indien en Afrique. L’Inde est le quatrième partenaire commercial le plus important d’Afrique et le commerce entre la Grande péninsule et l’Afrique a dépassé USD 40 milliards en 2010-11 et devrait croître de USD 70 milliards d’ici à 2015. L’exportation de l’or représente 50 % du commerce entre l’Afrique en l’Inde. D’actuels secteurs d’intérêts comme l’énergie, les équipements de transport, les services, la santé et l’agriculture sont appelés à augmenter ».
Avec une présence dans 14 pays d’Afrique subsaharienne, précise le communiqué, la Standard Chartered Bank, avec un actif de USD 13 milliards sur le continent, possède une connaissance approfondie du marché pour soutenir les entreprises commerciales. « La Standard Chartered Bank s’est engagée à soutenir le potentiel de croissance économique de l’Afrique en proposant une expertise stratégique sur le terrain et des produits qui soutiennent l’investissement et la croissance des petites et grandes entreprises dans divers secteurs et marchés », a annoncé Pradeep Iyer, Head of Local Corporates (Afrique).