Le leader du Parti travailliste, qui terminait sa soirée de campagne électorale hier à Stanley, soit dans le fief du leader du MMM, s’est attaqué surtout au Remake 2000. Navin Ramgoolam a demandé aux habitants des villes soeurs de continuer à lui faire confiance s’ils veulent que le pays continue sur la route du progrès et de la modernité.
Conscients que cet endroit est acquis à la cause du MMM depuis plusieurs décennies et que le parti mauve est déterminé à reprendre le contrôle de Beau-Bassin/Rose-Hill, les responsables de la campagne électorale du Ptr/PMSD ont déployé les grands moyens pour que les électeurs soient présents en grand nombre à cette réunion d’hier. Ils ont choisi de la tenir sous une grande tente aménagée à côté de “Bar Chacha”, un endroit symbolique pour le MMM. Plusieurs ministres et députés ainsi que d’anciens maires et deux anciens activistes du MMM étaient présents sur l’estrade. Ce meeting nocturne était présidé par Jim Seetaram, ministre des Coopératives.
Alors que les partisans du Ptr/PMSD étaient arrivés depuis 19 h, le Premier ministre ne s’est pointé qu’après 21 h. Cette longue attente a obligé Tassarajen Pillay, ministre des Technologies de l’Information et de la Communication, à prolonger son intervention car les autres intervenants s’étaient déjà adressés à l’assistance. Le ministre des TIC a parlé pendant environ 45 minutes mais après 20 minutes il n’avait plus l’oreille de l’assistance et quelques personnes montraient des signes de fatigue. « Li pou vini mem sa ? » entendait-on.
L’arrivée du leader du Ptr donne lieu à une excitation dans l’assistance. Des partisans se bousculent pour lui serrer la main pendant que résonnent les refrains d’un séga composé à sa gloire. Le chef du gouvernement a l’air très décontracté et une fois sur l’estrade, entre volontiers dans l’ambiance du séga et n’hésite pas à danser.
Dans son intervention, ponctuée du début à la fin d’anecdotes, le chef du gouvernement n’a pas fait de cadeau au tandem Paul Bérenger/sir Anerood Jugnauth. Il a demandé à l’assistance de garder en tête les critiques émises dans le passé par le leader du MMM à l’encontre de SAJ et vice versa. Selon lui cette alliance ne fera pas long feu car il y a beaucoup de divergences entre les deux partis. « An fevriye 1994 Bérenger dan enn deklarasion dir ki Anerood Jugnauth pena letof enn Premyer minis e li ti mem azoute, li dir si ou ena dinite ek prinsip ou pena drwa travay avek Anerood Jugnauth. Dan so kote Anerood Jugnauth inn deza dir piblikman ki pandan 19-an li finne nouri enn vanpir ki finn boir ou disan », a soutenu le leader du Ptr. Celui-ci est aussi revenu sur les commentaires faits par le leader mauve sur l’affaire MedPoint. À ce sujet les organisateurs du meeting d’hier ont diffusé un enregistrement sonore contenant des propos de Paul Bérenger qui parle du « scandale du siècle ».
Navin Ramgoolam a également évoqué hier l’affaire Cehl Meeah qui domine cette fin de campagne électorale. Il a soutenu que le député Meeah lui a dit lors de la rencontre qu’il a eue avec lui à son bureau que Bérenger l’aurait rencontré à huit reprises. « Li dir mwa ki li finn rankont Bérenger 8 fwa e ki Bérenger finn dir li al zwenn Anerood Jugnauth ».
Le PM a aussi fait part de sa satisfaction des résultats des dernières élections villageoises qui dit-il sont réconfortants pour l’alliance Ptr/PMSD et se dit étonné que l’alliance MMM/MSM puisse parler de « victoire ». « Lor 130 siez, 104 pou Ptr/PMSD. Mo tann Soodhun lor enn radio dir ki se enn viktwar pou zot. Si sa apel viktwar defet ki pou ete ». Navin Ramgoolam a alors demandé aux citadins de faire eux aussi confiance dimanche prochain aux candidats de l’alliance Ptr/PMSD. « Vous n’avez qu’un seul choix, c’est entre la modernité et le passéisme », a dit le leader du Ptr.