Suite au succès de la première édition lancée en 2015 dans 34 pays d’Afrique, Total renouvelle le Challenge Startupper de l’Année, et cette fois à l’échelle mondiale, dans près de 60 pays répartis sur tous les continents. Le groupe souhaite ainsi encourager et accompagner la création d’entreprises à travers l’organisation d’un concours national à Maurice, le Challenge Startupper, qui accompagnera les projets pensés pour le développement socio-économique de Maurice.

Cet appel à projets à destination de tous les jeunes Mauriciens vise la création ou le développement d’une entreprise, peu importe les domaines d’activité. Chaque lauréat (trois par pays) recevra une prime, une visibilité de son projet et un accompagnement à sa réalisation. Le Challenge Startupper de l’Année s’adresse aux jeunes entrepreneurs âgés de moins de 35 ans et ayant un projet ou une entreprise créée depuis moins de deux ans, et ce quel que soit le secteur d’activité. Les projets seront évalués au regard de trois critères, à savoir leur caractère innovant, leur impact social et sociétal et leur faisabilité et leur potentiel de développement. Patricia Buisson- Hays-Narbonne, directrice générale de Total, soutient que « promouvoir l’entrepreneuriat chez les jeunes est notre devoir, tout comme les aider à développer leurs compétences ».

Quant au ministre de l’Activité économique, de l’Entreprise et des Coopératives, Sunil Bholah, il a expliqué que « l’entrepreneuriat est la clé du développement et contribue à la création d’emplois, à la productivité et, par conséquent, à la croissance économique». D’ailleurs, a poursuivi le ministre, le Centre international du Commerce estime que 500 millions de compagnies à travers le monde sont des micros, petites ou moyennes entreprises. Les PME constituent 90% d’entreprises et contribuent à hauteur de 60 à 70% d’emplois dans plusieurs pays du monde. Sunil Bholah a ajouté que l’entrepreneuriat peut également servir à résorber le chômage, notamment en Afrique. À Maurice, le gouvernement ambitionne de faire du secteur des PME l’épine dorsale de l’économie.

Actuellement, ces entreprises contribuent 40% au PIB et sont les plus grandes pourvoyeuses d’emplois, soit à hauteur de 55%. De son côté, le président p.i., Barlen Vyapoory, a insisté sur l’importance de faire de Maurice une nation d’entrepreneurs. Selon lui, les Mauriciens peuvent transformer leur « débrouillardise légendaire» en projets concrets. Il s’est dit heureux de participer au lancement de ce Challenge Startupper car « cela aide à renforcer les capacités des jeunes et à les rendre fi nancièrement autonomes ». Noton que chaque gagnant remportera le label de « Startupper de l’Année » par Total et pourra bénéficier d’une aide financière, d’un accompagnement professionnel et d’une campagne de communication pour donner de la visibilité à son projet.

À la première édition du Challenge Startupper de l’Année en 2015, Total Mauritius avait récompensé trois jeunes chefs d’entreprise : Harbilass Gajadhursing, Karen Yvon et Jessan Persand.