En une demi-heure et martelant pas moins de douze interrogations coup sur coup en début d’intervention, le président de la République démissionnaire sir Anerood Jugnauth a abattu ses cartes politiques en ciblant de manière virulente le Premier ministre Navin Ramgoolam. C’était en fin de matinée à la State House à la présentation de sa démission à la nation. Il n’est pas passé par quatre chemins pour dévoiler la mission qu’il s’est assignée en descendant dans l’arène politique : « Azordi nou bizin ni diskour, ni program. Bizin arreté kozé ! Bizin azir. Nou bizin enn leadership avan tou. » Il a fait feu de tout bois concernant les manquements reprochés à Navin Ramgoolam, que ce soit par rapport à son indécision pour agir, ou encore sur le plan de la détérioration du Law and Order, de la lutte contre la recrudescence de la drogue, la fraude et la corruption, les dégâts de la crise économique sur les ménages vulnérables. Sans le citer nommément, le ministre Rajesh Jeetah a fait l’objet de sévères critiques d’Anerood Jugnauth au chapitre de la catastrophe du « hedging » qu’il a qualifié de « gambling » avec les fonds publics.
La première partie de l’intervention de sir Anerood Jugnauth devant la presse réunie dans le salon de la State House et avec en toile de fond des fonctionnaires affectés au service de la présidence de la République est articulée de douze questions prenant pour cible directement Navin Ramgoolam. Mais avant d’enchaîner avec des interrogations coups de poing, le président de la République souligne avec force que « pou mwa, le devwar passe avan tou. Azordi parey, mo priorité se le devwar anver le pei. Le pey pass avan tou ». SAJ n’a pas caché qu’il s’est longtemps penché sur la situation que traverse le pays et qu’il s’était mis à l’écoute du pays.
Puis le président de la République énumère les douze « péchés politiques » reprochés à Navin Ramgoolam : « Eski li pran boukou letan pou zwen komiser de polis tulé matin pou assuré ki Law and Order ek sékirité dan tout nou pei ? » se demande-t-il en premier, tout en faisant état des cas d’agression sur des membres de la force policière ou encore des membres du public, qui prennent la loi entre leurs mains.
« Mo dimann mwa kifer somaz, mizer ek diktat FMI a pe reveni ? Eski Li pran deux ans pou nomm enn High Commissioner pou reprézant nou pei dan enn gran pei kuma l’Inde ? Eski li pran cinq ans pou amenn enn prozé de lwa pou condamn bann viol ek agression sexuel kont bann madam, gran dimoun ek bann zanfan ? Eski li pran buku letan pou nomm enn General Manager pou Air Mauritius ki finn fer faillite apré Hedging Saga Rs 10 milliards ? » se demande sir Anerood Jugnauth.
« L’enfer de la misère »
Puis le président de la République démissionnaire enchaîne avec l’absence de décision sur la nécessité d’instituer une commission d’enquête pour « casser les reins aux trafiquants de drogue », avec le retour des ménages mauriciens dans « l’enfer de la misère » accompagné des récentes majorations des tarifs d’eau, d’électricité et du prix du gaz ménager. « Eski li difisil pou amenn enn nouvo stratézi ékonomik kan ena kriz deor ? Eski pa ena bann lezot opportunité pou nou pays ? » ajoute SAJ en faisant comprendre qu’il a déjà eu l’occasion de soulever toutes ces questions avec le Premier ministre lors des rencontres régulières à la State House.
Entre-temps, part la première flèche du Parthe à l’encontre de Navin Ramgoolam. « En tan ki sef deta, mo ena drwa dir saki mo pansé. Ena dimoun sa na pa fer zot plézir parski kan mo kozé zot tranblé. Zot santi zot puvwar menasé », lâche SAJ avant de reprendre sa litanie d’interrogations accusatrices, dont la spirale de la dette publique susceptible d’atteindre la barre des Rs 200 milliards d’ici à 2015 ou encore le business rémunérateur des trafiquants de drogue.
« Eski mo kapav ferm mo lizié kan frod ek korupsyon ape fini nou pei ek l’Icac a pe fané, ek finn vine enn instruma politik kont bann adverser ek ape servi pou fer cover-up kan bann minis impliké dan bann skandal ? » se demande le président de la République démissionnaire, ajoutant à la liste les problèmes de quelque 7 000 enfants laissés à l’abandon dans la rue.
« Mo na pa kapav rest lebra krwazé kan la mizer ape leve latet dan buku lakaz ek ape amenn ankor plis problem sosyal », déclare sir Anerood Jugnauth avant de s’attaquer de front aux séquelles des opérations de « hedging » chez Air Mauritius et à la State Trading Corporation.
« Voyons la qualité du leadership qui est à la tête du pays. Prenons le cas de la STC avec le hedging. Mais c’est du gambling avec les fonds publics. Quand j’avais abordé ce problème avec le Premier ministre, il m’avait dit que ni le conseil des ministres ni lui-même n’étaient au courant de cette décision. Un ministre qui engage des milliards dans le dos du Premier ministre. Sa minis-la li ankor minis li pe zouir. Pa bizin dir ou ki li mérité… » fait comprendre SAJ.
« Pa kapav rest lebra krwazé »
À ce stade de son intervention, sir Anerood Jugnauth ouvre une parenthèse sur la situation économique, qui régnait dans le pays en 1982 et 1983 que ce soit sur le plan du chômage et du fossé entre les villes et les villages. Il fait état des mesures entérinées par son gouvernement d’alors pour redresser la situation avec pour conséquences une nette amélioration du niveau de vie pour les Mauriciens, l’élimination du fléau du chômage et la nécessité d’avoir recours à l’importation de la main-d’oeuvre.
« Mo na pa kapav rest lebra krwazé et nek guett nou pays ale présipis. Mo konpran soufrans bann dimoun pov ek tu bann fami kipe gagn difikilté pou roul zot la kwizin ek fer lavenir zot zanfan », dit le président de la République démissionnaire en dressant un parallèle avec le gaspillage. « De lot koté mo pa konpran gaspiyaz dan sa pays-la ? Advisers-parasites partou. Mo pa konpran rol bann zwiser ki ape dilapide sa pays-la », observe-t-il.
Abordant la dernière partie de son intervention, sir Anerood Jugnauth définit les desiderata pour un nouveau décollage du pays. « Pou amenn le bonheur du pep, bizin ena leadership. Nou bizin pran désisyon ek azir pou fer lepei avansé », s’est-il appesanti. Toutefois, SAJ ne devait pas rater de faire allusion à la nécessité de respecter les institutions avec une nouvelle pique contre Navin Ramgoolam : « Kan ou dimann enn dirizan respeckte bann institusyon, ou attann ki li donn bon ekzamp olié servi bann institusyion pou so survie politik. »
En ce qui concerne la rentrée parlementaire du 16 avril et le discours-programme, sir Anerood Jugnauth ne prend nullement les gants. « Laiss mo dir ou, azordi nou bizin ni diskour, ni program. Bizin arreté kozé. Bizin azir. Nou bizin enn leadership avan tou. Nou bizin enn leadership kipé rand bann décisions, fer bann aksyon konkret », soutient-il.
En guise de conclusion, le président de la République en instance de départ est revenu sur les 50 dernières années depuis qu’il s’était engagé en politique « pour servir le pays ». Il a commenté son départ du gouvernement de sir Seewoosagur Ramgoolam en 1967, l’État d’urgence, les prisonniers politiques et la censure de la presse du début des années 70, son adhésion au MMM et les graves difficultés économiques du début des années 80 avec le pays sous le diktat de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international.
Après avoir cité l’exemple de Shining India où l’exécution des travaux de développement n’a pas épargné un précédent gouvernement d’une défaite électorale, sir Anerood Jugnauth a remis en perspective la possibilité d’une motion de blâme pour mettre en minorité le gouvernement de Navin Ramgoolam.
La démission du président de la République prend effet à partir de demain après avoir au passage déclaré que « mo finn poz mwa enn lott kestyon : ki priorité nou Premier minis. Limem koné. Bon Dieu koné ki li fer ».