Le Père Jocelyn Grégoire de la Fédération des Créoles Mauriciens (FCM) est revenu à la charge ce matin sur le dossier de l’Equal Opportunities Act lors d’un tête-à-tête avec le président de la République sir Anerood Jugnauth. Ces entretiens, qui ont duré environ 25 minutes, se sont déroulés à la demande de la FCM, qui voulait s’assurer d’une voix supplémentaire pour soutenir sa campagne en vue de faire des dispositions de l’Equal Opportunities Act une réalité du quotidien à Maurice.
Interrogé par Le Mauricien à la fin de ces échanges en fin de matinée, le Père Grégoire a fait état de son assurance à l’effet que les démarches bougent dans la bonne direction. « En juillet dernier, le Premier ministre, Navin Ramgoolam, m’avait confirmé qu’à la rentrée parlementaire en octobre, des amendements seraient apportés au texte de loi déjà voté. Le président de la République a confirmé que tel est bel et bien le cas. Je ne peux que m’en réjouir vu l’unanimité autour de la mise en vigueur de cette loi, notamment après les prises de position du Premier ministre et du leader de l’opposition », a-t-il déclaré.
Actuellement, l’Equal Opportunities Commission, aux termes de la loi adoptée par l’Assemblée nationale en 2008, est une division sous la Commission des Droits de l’Homme. L’amendement envisagé vise à doter l’Equal Opportunities Commission d’une complète autonomie et d’une indépendance d’action. Cette Commission disposera de son propre tribunal pour déterminer les cas en suspens.
« La promulgation de l’Equal Opportunities Act retrouve toute sa pertinence dans la conjoncture, surtout après les récentes déclarations du Parliamentary Private Secretary Khamajeet au sujet du recrutement dans le secteur public. Le président de la République s’est interrogé au sujet de l’absence de commentaires de ma part sur cette affaire. Je lui ai dit que j’interviendrai en temps et lieu. L’unanimité se dégage à l’effet que le PPS Khamajeet n’a fait que dire tout haut ce qui se pratique de plus en plus en matière de recrutement », a ajouté le Père Grégoire.
« Tout le monde est d’accord que la promulgation de l’Equal Opportunities Act constituera un atout pour tous les Mauriciens indistinctement et non seulement à l’avantage d’une communauté sur une autre. Actuellement, nombreux sont les Mauriciens qui se sentent victimes de discrimination alors que l’Equal Opportunities Act devra permettre de rétablir la balance en faveur de davantage de démocratie et de méritocratie », a conclu le président de la FCM, qui rappelle que ce texte de loi concerne l’emploi, le harcèlement sexuel et la victimisation sur les lieux de travail.