Le taux d’inflation est en baisse alors que l’indice des prix à la consommation (Consumer price Index) demeure inchangé à 106,8 points en juillet 2014, soit pour le troisième mois consécutif.
 Selon des données publiées ce matin par Statistics Mauritius, l’indice des prix s’est stabilisé à 106,8 points le mois dernier du fait qu’une hausse des prix des véhicules (+0,2 point) a été compensée par un repli des prix des légumes (-0,1 point) et d’autres produits alimentaires (-0,1 point). En juin 2014, une tendance contraire avait été notée, les prix des légumes et des produits alimentaires avaient grimpé, une augmentation mitigée par une réduction des prix des véhicules et d’autres produits et services.
Les calculs de Statistics Mauritius montrent que la Headline Inflation (moyenne du CPI sur douze mois comparée à celle des douze mois précédents) s’élevait à 3,9% à la fin du mois écoulé, soit un niveau en dessous de celui de fin juin 2014 (4%). Pour ce qui est de la « year-on-year inflation » (écart entre le niveau du CPI pour un mois donné et celui du mois correspondant de l’année précédente), le taux est passé de 3,3% en juin 2014 à 3,1% en juillet 2014.
Dans les procès verbaux de sa réunion du 14 juillet dernier, le comité de politique monétaire de la Banque de Maurice (BoM) relève que la « year-on-year inflation » n’a cessé de baisser au cours du deuxième trimestre 2014, passant de 4,5% en mars dernier, à 4,2% le mois suivant puis à 3,3% en juin, principalement en raison de la chute des prix des légumes frais. Les procès-verbaux soulignent que les techniciens de la banque centrale ont constaté que les retombées néfastes prévues initialement sur la fourniture de produits alimentaires du fait de mauvaises conditions climatiques se sont estompées. « By June 2014, the impact of the temporary shock had disappeared. With vegetable prices having run their course of seasonal correction, it was anticipated that the pace of decline in y-o-y CPI inflation might come off », précise le rapport.
De plus, tenant compte du niveau appréciable des prix des matières premières sur le marché global, de la stabilité du taux de change de la roupie et de la faible demande sur le marché local, les techniciens arrivent à la conclusion que le taux d’inflation cette année n’atteindrait pas les niveaux annoncés en février et avril 2014. Selon les prévisions de la BoM, la « year-on-year inflation » pourrait se situer dans une fourchette de 3,7% à 4,2% en 2014.
Quant au comité de politique monétaire, il considère, après analyse des différents facteurs, que l’inflation domestique « would remain benign over the forecast horizon », soit d’ici la fin de cette année. Certains membres du comité ont même anticipé que la « year-on-year inflation » tournerait autour de 3,5% d’ici fin 2014.