Le taux de criminalité à Maurice a enregistré une hausse de 6 % en 2015 par rapport à 2014, selon les derniers chiffres publiés par Statistics Mauritius hier. Ces données se basent sur les délits rapportés à la police mais excluent les contraventions. La hausse de la criminalité est attribuée surtout à l’augmentation du nombre des vols rapportés et de délits sexuels. Le nombre de contraventions connaît, lui, une baisse de 8 %, passant de 224 855 à 206 839. La valeur des drogues saisies en 2015 est estimée à Rs 246 M, avec une hausse du volume d’héroïne saisie.
Les délits enregistrés, contraventions exclues, sont passés de 42 034 en 2014 à 44 498 en 2015. Si le nombre de cas rapportés concernant les délits informatiques, les agressions et les homicides a connu une baisse, le nombre de vols et des délits sexuels est en hausse. Les cas référés à la police ont diminué de 5 %, passant de 345 056 en 2014 à 326 420 en 2015. Environ 17 % des infractions enregistrées en 2015 ont trait à des crimes et autres délits mineurs, les 83 % restants étant liés à des road traffic offences.
Depuis 2000, le niveau général de la criminalité et des délits était à la hausse, atteignant son pic en 2008 avec 44 infracteurs (excluant des contraventions) sur une population de 1 000 personnes. Les années suivantes, ce taux a progressivement diminué pour se stabiliser à 33 de 2012 à 2014, avant d’augmenter à 35 en 2015.
Cette même année, les délits d’homicide ont diminué de 15 %, passant de 100 à 85. De ces derniers cas, 29 étaient des « intentional homicides », 12 étaient des « attempted intentional homicides » et 44 des homicides non intentionnels. Quelque 43 % des victimes étaient âgées de 25 à 44 ans et 33 % de celles tuées dans des « private households » étaient apparentées à leurs assaillants. Par ailleurs, 12 173 cas d’agressions ont été rapportés, ce qui représente une baisse de 2 % par rapport à 2014.
Délits sexuels
Les délits sexuels ont connu une hausse de 8 %, passant de 634 à 686 cas en 2015. Parmi, 56 % sont des délits sous la Child Protection Act alors que 12 % sont des délits d’Attempt Upon Chastity.
Le rapport fait aussi mention d’une hausse dans le nombre de « solicits/importunes another person for immoral purpose? ». Le bureau des statistiques observe que la majorité des victimes des délits sexuels sont des femmes (91 %), dont un pourcentage élevé d’étudiantes âgées de moins de 16 ans (65 %). « 50 % were assaulted in private households, 31 % in public places (e.g. road, beaches, commercial area, hotel, bungalow, etc.) and the remaining 19 %, in educational institutions and other places such as workplace, hospital, airport, concert, etc. », peut-on lire du document.
Par ailleurs, 17 737 « property offences » ont été rapportés en 2015, dont 77 % sont des vols, 13 % des « damage to property », 5 % des fraudes, 4 % des escroqueries et le restant sont des délits de « receiving and possession of stolen property ».
Bureau du DPP
On note également une augmentation significative de 22 % des cas référés à la Cour suprême alors que la Cour intermédiaire a noté une baisse de 3 % dans ce même contexte. S’agissant des Assises, 12 % des cas y ont été transmis. De 2014 à 2015, le nombre de cas référés par l’ODPP à la Cour intermédiaire et la Cour suprême a connu une légère hausse de 1 468 de 1 477. Le personnel au bureau du DPP, excluant celui de l’administratif et de soutien, a augmenté de 61 (29 hommes et 32 femmes) à 63 (27 hommes et 36 femmes) personnes. De janvier à juin 2015, le total des dépenses du bureau du DPP était autour de Rs 55 millions.
122 860 cas logés en cour
Du point de vue judiciaire, 122 860 cas ont été logés en cour en 2015 contre 114 302 en 2014, ce qui représente une hausse de 8 %. Du total, 94 % des cas étaient logés dans des Cours de districts. Dans 82 % d’entre eux, les personnes poursuivies ont été trouvées coupables. « The overall convicted offences increased by 2 % to 118, 007 in 2015 from 115, 348 in 2014. This rise was mainly due to increases in sexual offences (+ 16 %), property offences (+ 6 %), drug offences (+ 4 %) and road traffic contraventions (+ 3 %) », indique le rapport. Les condamnations pour des homicides ont baissé de 21 %, soit de 109 en 2014 à 86 en 2015. S’agissant des agressions, 2 937 condamnations ont été prononcées en 2015, ce qui représente une baisse de 4 %. Ceux pour vol, pour délit de drogue et pour crime de nature sexuelle se chiffrent à respectivement 3 451, 2 363 et 164.
Sur les 118 007 infractions pour lesquelles les peines ont été imposées en 2015, 94 % se sont soldées en des amendes, 3 % en des peines d’emprisonnement tandis que les 3 % restants ont donné lieu à des travaux de services communautaires, ont reçu des « probation orders » voir la décharge soit conditionnelle soit absolue.
De 2014 à 2015, le nombre d’amendes infligées a augmenté de 2 %, passant de 109 412 à 111 493. De même, le taux d’emprisonnement a augmenté de 11 %, passant de 3 097 à 3 447.
En 2015, la population carcérale était de 2 128 prisonniers, dont 1 341 purgent leurs peines alors que 787 sont en détention préventive. Le nombre de condamnés a augmenté de 2 678 en 2014 à 2 907 en 2015. « Out of the 2, 907 convicts admitted in 2015, the main offences committed were theft (48 %), fraud & dishonesty (32 %), drug offences (9 %), assaults (5 %) and sexual offences (1 %) », souligne le rapport. La majorité des adultes admis en prison sont des récidivistes et deux personnes se sont évadées de la prison l’année dernière. On note que 82 % des jeunes admis en prison en 2015 étaient en détention préventive. Sur les 38 condamnés, 33 (87 %) sont des cas de « child beyond control ». En 2015, le nombre de jeunes admis au Youth Correctional Centre était de 213 (100 garçons et 113 filles), une hausse de 16 %.