Maurice souscrit désormais aux normes spéciales de dissémination de données officielles (Special Data Dissemination Standard) du Fonds monétaire international. Une étape qui traduit non seulement la qualité des statistiques nationales mais aussi un engagement ferme à la transparence.
Annonçant hier sur son site web cette accession au Special Data Dissemination Standard, le Fonds monétaire international (FMI) précise que Maurice est le 11e pays à passer du Système général de dissémination des données (General Data Dissemination System) à celui de SDDS et qu’il est le deuxième pays d’Afrique subsaharienne à le faire. Maurice a été partie prenante du système GDDS depuis septembre 2000 et a bénéficié du concours technique du Department for International Development Enhanced Data Dissemination. Une initiative financée par le gouvernement britannique. Cette assistance est accordée à des pays en vue de leur permettre d’atteindre un niveau plus élevé (SDDS) en matière de dissémination des statistiques officielles.
« The subscription to the SDDS of Mauritius represents a major step forward for official statistics in the country and for those who use these data », déclare Adelheid Burgi-Schmelz, directeur du Statistics Department du FMI dans un communiqué de presse. « Subscription to the standards underscores the strong commitment to transparency in Mauritius, as well as a significant achievement in implementing internationally accepted best practices in statistics », a-t-elle ajouté.
Établies en mars 1996, les normes SDDS du FMI ont pour but de guider les pays membres dans la publication des données économiques et financières. En souscrivant à ces normes, Maurice est appelé à rendre publiques et ce au moment approprié des données finales, contribuant ainsi à la poursuite de politiques macroéconomiques saines et à l’amélioration du fonctionnement des marchés financiers.
« The SDDS identifies four dimensions of data dissemination : the data coverage, periodicity, and timeliness, access by the public, the integrity of the disseminated data and the quality of the disseminated data », indique le communiqué du FMI.