Beaucoup d’enfants ont fait leurs premiers pas à l’école primaire aujourd’hui. Si cette étape s’avère souvent difficile, ils étaient nombreux, parents comme enfants, à afficher le sourire à l’école Bon Secours ce matin.
C’est sous un soleil de plomb que l’on faisait la queue pour l’inscription à l’école Bon Secours aujourd’hui. Malgré une chaleur assez éprouvante, la bonne humeur était au rendez-vous. Tandis que les adultes bavardaient entre eux, certains enfants découvraient leur nouvelle école et d’autres entonnaient des chants de Noël.
Les professeurs Natalie et Mary-Joyce nous parlent de leurs préparatifs pour cette rentrée. « Certains d’entre nous ont préparé les classes. Nous les avons décorées en fonction des festivités. Nous les avons embellies avec des décorations de Noël ». Afin de faciliter la transition de leurs élèves, Natalie et Mary-Joyce organisent des jeux et discussions. « On essaie de leur parler de façon un peu maternelle. Nous faisons des jeux, des chants et nous leur racontons de petites histoires ».
Si la joie et la bonne humeur dominaient, le stress était visible chez Georgina Makair, qui n’avait toujours pas eu d’école pour son fils. « Le fait de chercher une école est quasiment un stress pour moi. J’ai entrepris beaucoup de démarches et je suis même allée au ministère. On m’a conseillé de venir ici. J’espère juste que mon fils sera inscrit à Bon Secours », nous confie Mme Makair.
Pour Mme Sivance, la rentrée n’est qu’une routine. « C’est le deuxième enfant que j’inscris à l’école primaire. On lui a donné à manger quelque chose qu’elle aime afin de venir à l’école. On a aussi partagé un repas en famille », nous confie-t-elle. Quant à sa fille, Omelia, elle a l’air émerveillée. Elle dit d’ailleurs aimer sa nouvelle école, bien qu’elle ait quelques appréhensions. « Les maîtresses ont l’air très gentilles et l’école est belle. Je ne veux pas quitter l’école bien que j’aie un peu peur ».
Pour Mary-Joyce Yapfoongsen c’est une autre affaire. C’est son premier enfant qui va à l’école primaire, et elle lui a parlé afin de le rassurer. « Nous avons déjà pris un bus d’école qui le prendra et le déposera à l’école tous les jours ». Maintenant, elle attend de voir l’évolution de la situation pour son enfant, comme tant d’autres parents.