Jimmy Marthe, alias Colosso, condamné à neuf ans de prison pour entente délictueuse dans un cas de trafic de drogue lié au réseau Gro Dereck, fait l’objet d’une plainte. Le suspect, ayant déjà purgé sa peine, est un homme libre depuis l’année dernière. Toutefois, une entrepreneuse de 45 ans a porté plainte contre lui hier à la police de Roche-Bois.

Elle avance que, vers 20h30, elle marchait près de l’école du gouvernement de Nicolay quand elle a rencontré Colosso. La quadragénaire a profité de l’occasion pour se plaindre à l’effet que le fils du suspect terrorisait son enfant et lui aurait demandé de bien surveiller sa progéniture. Selon elle, Colosso n’a pas apprécié cette remarque et s’est mis à l’insulter. Et d’ajouter que le suspect a menacé de l’agresser aussi bien que ses fils.

La plaignante a pris peur et est rentrée immédiatement chez elle. Après avoir parlé avec ses proches, elle s’est rendue à la police deux heures après les faits pour porter plainte. Elle a avancé qu’elle craint pour sa sécurité et celle de sa famille. L’entrepreneuse dit connaître le passé du suspect et n’écarte pas que ce dernier puisse mettre ses menaces à exécution. La CID de Port-Louis a été informée de ce cas.

Même après sa libération, Colosso, l’ex-chef du groupe “Demolition”, est dans le viseur de la police. D’ailleurs, en novembre de l’année dernière, l’ADSU avait perquisitionné sa maison à route Cocoterie, Roche-Bois, où rien d’incriminant n’a été trouvé. Lors de cette opération, les enquêteurs avaient interpellé un de ses proches (37 ans) qui avait en sa possession une certaine quantité de cannabis. Peu après, la police avait dû faire usage de leur arme à feu, quand un groupe d’énergumène a tenté de brûler une voiture dans laquelle étaient dissimulées Rs 3 M d’héroïne.

Dans la présente affaire, les enquêteurs comptent bientôt convoquer Jimmy Marthe pour recueillir sa version des faits.