Absent de la dernière édition du week-end international, Stéphane Pasquier effectue son retour au Champ de Mars. Le Français en sera ainsi à sa cinquième visite après celles de 2009 à 2012 pendant lesquelles il a piloté 7 gagnants. Il réalisa son meilleur score en 2009 lorsqu’il ramena quatre victoires en une journée. à sa dernière visite cependant, il ne fut qu’un simple figurant. Gageons qu’il se rebiffe cette fois et nous gratifie d’un spectacle à la hauteur de son talent.
Après deux sacres consécutifs en individuel lors de ses premières visites sur notre turf, Pasquier s’est montré moins tranchant. En 2011, il tira son épingle du jeu à l’issue d’une arrivée pointue sur Pegasus Legacy. L’année suivante, alors qu’il portait le brassard de capitaine de l’équipe de France, il ne fut pas en mesure de jouer un rôle intéressant et rentra bredouille. Depuis, ce jockey de 36 ans a étoffé son palmarès avec ses victoires l’année dernière sur Maxios dans le Prix du Moulin de Longchamp et le Prix d’Ispahan et avec Karakontie dans le Prix Jean Luc Lagardère (2013) la Breeders’ Cup Mile (2014) et la Poule d’Essai des Poulains (2014), toutes des courses de Groupe 1. Pasquier était en action la semaine dernière à Chantilly où il s’est offert un beau coup de trois avec Ménardais, Vedouma et Boréa Béré, confirmant qu’il est dans le bon tempo.
Mais tout n’a pas été rose pour le Français qui s’était vu infliger l’année dernière une suspension de trois mois par les autorités hippiques de France Galop après qu’il eut été trouvé positif à une substance prohibée le 11 avril. Il fit appel de cette décision, se reposant sur des résultats négatifs des tests capilaires et sanguins effectués quelques mois plus tard et vit sa sanction suspendue le 11 septembre par le Tribunal Administratif de Pontoise, qu’il avait saisi. Ce qui lui permit d’être en action quelques jours plus tard au Prix de l’Arc de Triomphe, confirmant son classement mondial.  
Stéphane Pasquier a remporté sa première victoire à 17 ans sur Floris et sa première Listed Race sur Bleu Nuit quatre ans plus tard. Après un séjour à Singapour, il intègre l’écurie Wildenstein à son retour en France en 2004 et prend la place d’Olivier Peslier en tant que jockey numero 1 une année plus tard. Le Prix de l’Arc de Triomphe avec Rail Link (2006) et une cravache d’Or en 2007 sont parmi les hauts faits de sa carrière.