L’autre jour, je demandais à une grand-mère, âgée de 85 ans, ce qu’elle faisait pendant

KAVINIEN KARUPUDAYYAN

son temps libre. Sa réponse m’a ému. « Je fais le tour de la maison pour voir mes plantes et pour admirer les nouvelles feuilles qui ont poussé. » Des choses simples de la vie que nous n’avons pas le temps d’apprécier, plongés dans nos réalités virtuelles. Quand Stephen Hawking est décédé, j’ai repensé à cette grand-mère et à notre conversation sur ses plantes. Hawking disait : « Regarde les étoiles et non vos pieds. » Trop souvent, nous vivons à cent mille à l’heure sans prendre le temps de regarder autour de nous, d’observer par exemple les nuages et d’essayer de déchiffrer ses formes diverses (C’est ce qu’on appelle le paréidolie qui vient du grec ‘para’ voulant signifier ‘à côté de’, et ‘eidôlon’ qui est un diminutif d’eidos voulant dire ‘apparence’, ‘forme’) ; voire d’apprécier le fait d’être en vie. Voilà ce que je retiendrai du professeur Hawking. De contempler l’univers et de se laisser bercer par les étoiles. De vivre tout simplement.