La commission de l’éducation du MMM a dénoncé, cette semaine, la dégradation de la qualité dans le secteur éducatif. Son président, Steve Obeegadoo, lui-même ancien ministre de l’Éducation, s’explique.
Vous dénoncez, cette semaine, l’absence de qualité dans le système éducatif. Vos arguments – le recours aux Supply Teachers et le nombre, certes restreint, des Quality Assurance Officers et 18 Supervisors à la PSSA pour inspecter l’état des infrastructures des collèges privés – ne sont-ils pas un peu limités pour parler de la baisse de la qualité dans l’éducation?
Ce ne sont certainement pas mes seuls arguments mais quelques exemples puisés dans l’actualité immédiate pour illustrer nos propos. La qualité en éducation est un concept complexe. Mais pour les élèves et les parents, elle se mesure avant tout par les taux de réussite aux examens que l’on passe des années à préparer à un coût humain et financier énorme. Comment prétendre maintenir le niveau de qualité de l’enseignement lorsque l’on se fie à des Supply Teachers au nombre de 600, employés au jour le jour, démotivés et angoissés quant à leur avenir professionnel ? Comment assurer un suivi de la qualité du teaching and learning process lorsque le ministère ne peut compter que sur 20 Quality Assurance Officers faisant office d’inspecteurs pédagogiques pour 122 établissements de l’enseignement secondaire ?