Les Racing Stewards ont sévi à l’encontre de Derreck David et Niven Marday pour n’avoir pas monté à leur satisfaction Sole Mio et Leo’s Rush respectivement. Le premier nommé a écopé d’une mise à pied de quatre journées et d’une amende de Rs 50 000. L’apprenti mauricien, lui, devra observer une suspension de trois journées. Derreck David, qui avait plaidé non-coupable, a fait appel contre sa sanction.
Derreck David avait été appelé à donner des explications sur la monte de Sole Mio avant la fin de la 13e journée. L’entraîneur Gilbert Rousset et son assistant Soodesh Seesurrun étaient aussi présents. Il revient que les ordres étaient d’essayer de prendre le commandement dans les premiers 50m et qu’en cas d’incapacité de le faire, de prendre position derrière le ou les meneurs.
Derreck David avança que les instructions qu’il avait reçus de l’assistant entraîneur différaient de celles de l’entraîneur et qu’il y avait eu un malentendu quand les ordres lui furent transmis. Il souligna qu’il lui avait été demandé qu’au cas où il ne pouvait mener le peloton, de laisser sa monture courir à son rythme derrière les meneurs.
L’interrogation du board des Racing Stewards concernait le fait qu’il avait mis son cheval sous pression durant une grande partie de la course alors que le meneur imposait un bon rythme.
Derreck David n’accepta pas ce reproche. Il argua qu’il n’avait jamais sollicité sa monture après avoir constaté qu’il fut incapable de prendre le commandement. Il souligna qu’il n’avait fait que poser ses mains sur l’encolure du cheval et que ses bras suivaient le mouvement de sa monture.
Derreck David devait aussi déclarer qu’il avait été décidé de changer de tactique cette fois et de ne pas reprendre le cheval comme cela avait été le cas lors de ses débuts où il avait beaucoup tiré.
Le film de la course fut projeté et il lui fut démontré qu’il avait effectivement demandé à Sole Mio de produire un effort additionnel à partir du Tombeau Malartic.
Les explications de Derreck David ne furent pas acceptées. Il lui fut reproché qu’après avoir vigoureusement sollicité son cheval du départ au 1200m, il avait ajouté une autre couche à partir du 1000m alors qu’il lui était possible de le placer derrière les chevaux de tête. Selon le board, cette tactique fut préjudiciable à la performance de son cheval. Le board prit en compte le fait qu’il a déjà été sanctionné pour n’avoir pas monté un cheval à sa satisfaction avant d’arriver à la sanction qui lui fut infligée.
En ce qui concerne Niven Marday, c’est Jean-Michel Henry qui est intervenu auprès des Racing Stewards pour pointer du doigt la monte de l’apprenti qui avait été associé à Leo’s Rush dans la dernière course. L’entraîneur dit qu’il avait demandé à Niven Marday de prendre l’option de la course à l’avant ou de suivre le meneur, mais que ce dernier avait repris son cheval au départ.
Niven Marday déclara qu’il avait été intimidé par Cirac qui venait dans sa direction au départ. Il prit alors la décision de reprendre sa monture. Le film du départ de la course fut visionné. Il fut alors demandé à l’apprenti que s’il était toujours en position de suivre les instructions après avoir repris sa monture. Il devait répondre par l’affirmative. Il ajouta toutefois que Leo’s Rush est un cheval lent et fit référence à sa dernière course de 2014. Le film fut projeté et il fut trouvé que Leo’s Rush ne rata pas sa mise en action et put se diriger vers la tête de la course.
Niven Marday plaida coupable d’avoir enfreint le règlement 160 A (i) et sanctionné en conséquence.
Deux autres enquêtes ont eu lieu à l’issue de la dernière journée. Elles concernaient des cas d’interférences. Nistish Oodith plaida coupable d’avoir forcé Cirac sur Mo Ichi Do dans la ligne droite de la dernière course alors qu’il était en selle sur The Blue Streak. Il préférera une mise à pied d’une semaine à une amende.
Brandon Lerena, lui, écopa d’une amende de Rs 35 000 pour avoir emmené Argo sur Constellation qui devait alors causer une gêne à Seneschal dans la deuxième course. Il était en selle sur Captain’s Bounty qui avait été dirigé vers la tête de l’épreuve. Il accepta ses torts et déclara préférer une amende à une suspension.