Il faudra attendre encore avant de connaître le dénouement au sujet des enquêtes initiées par le board des Racing Stewards sur les courses de Danger Man et Ivory Snow lors de la 17e journée. Après un ajournement à mardi matin, le board des Racing Stewards s’est appuyé sur la recherche d’un avis légal vu que des éléments hors course doivent aussi être pris en considération.
Alors qu’on s’attendait au train-train quotidien, l’écurie Foo Kune présenta un témoin qui aurait entendu que tout avait été orchestré par des compatriotes pour nuire aux chances de Rulerofmyheart alors que le jockey Robbie Burke, lui, pointait du doigt Cédric Ségéon. Les principaux acteurs, les jockeys Robbie Burke (Rulerofmyheart), Swapneel Rama (Danger Man) Reehaze Hoolash (Ivory Snow) et Cédric Ségéon (Point Of Policy) aussi bien que les entraîneurs Patrick Merven, Budheswar Gujadhur, le Stable Manager Paul Foo Kune et le témoin Dinesh Sooful (Hugo The Boss) ont été entendus. Le moins que l’on puisse dire c’est que la chambre des commissaires de courses a été le témoin d’un rare événement avec  l’accusation formulée par le jockey Burke à l’encontre de son collègue Cédric Ségéon pour une incitation à ruiner les chances de Rulerofmyheart.
L’enquête était surtout dirigée à l’encontre des représentants de l’écurie Merven – ils étaient trois à avoir été engagés dans The Britannia Biscuit Cup. Le ton est monté de plusieurs crans quand un témoin de l’écurie Foo Kune, en l’occurrence le jockey Dinesh Sooful, qui était en selle sur l’éventuel gagnant, Hugo The Boss, a été appelé à donner sa version des faits. Après avoir entendu toutes les parties concernées, l’enquête a été ajournée à une date ultérieure.
L’état-major de l’écurie Foo Kune, son Stable Manager et son entraîneur étaient présents aux côtés de Robbie Burke, alors que Patrick Merven avait accompagné les trois jockeys qui avaient été sollicités pour monter les chevaux de son écurie. Le jockey Robbie Burke est venu de l’avant avec le fait qu’il aurait entendu le jockey Ségéon donner des directives  au jockey Rama durant la course, plus particulièrement aux 1650 et aux 1000m. Selon l’Irlandais, son homologue français aurait demandé à Swapneel Rama, qui était en selle sur Danger Man, de lui mettre la pression avec des « Go on ! Go on ! » Ce que réfuta Cédric Ségéon, qui déclara que si jamais il avait à parler au jockey Rama, il l’aurait fait en français et non en anglais. Il ajouta qu’il se peut qu’il ait crié aux 1650m mais cela aurait été plutôt à l’attention du jockey Burke vu que ce dernier a la fâcheuse habitude de se rabattre subitement à la corde. Swapneel Rama déclara, pour sa part, qu’il avait entendu des cris durant la course mais cela venait surtout de Johnny Geroudis, qui était associé à Go West.
« Allé b…. li »
Pour l’entraîneur de l’écurie Foo Kune, Budheswar Gujadhur, il était inconcevable que la tactique adoptée avait pour objectif de faire tomber Rulerofmyheart, qui était un public horse, le favori du public. À un certain moment de l’enquête, il fut question d’une conversation qui eut lieu entre Paul Foo Kune et le jockey Dinesh Sooful mardi matin, et ce, en présence de l’entraîneur de l’écurie. Le Stable Manager déclara que le jockey Sooful lui avait fait certaines révélations sur ce qu’il avait entendu durant le déroulement de la course et qui avaient pour but de nuire aux chances de Rulerofmyheart. Il devait ajouter que c’était de son propre chef que le jockey Sooful était venu lui faire ces révélations. Appelé à donner sa version des faits, Dinesh Sooful déclara qu’il avait effectivement entendu des cris pendant la course mais ne pouvait être certain de ce qui avait été dit. Ce à quoi Paul Foo Kune s’offusqua et le Stable Manager vint apporter des précisions quant aux mots exacts utilisés par le jockey Sooful, soit un langage ordurier : « Allé b… li. »  Dinesh Sooful n’accepta pas d’avoir utilisé ces mots.
Il fut ordonné à Dinesh Sooful de dire toute la vérité sur cette affaire. Ce dernier devait une nouvelle fois répondre par la négative quant aux mots qu’il aurait entendus tout en affirmant qu’il avait effectivement entendu des cris. Patrick Merven n’apprécia pas la façon dont le jockey Sooful fut interrogé par Ian Paterson et il le démontra avec une certaine véhémence et dut même être rappelé à l’ordre. Il reprocha au Chairman de vouloir mettre des mots dans la bouche du jockey mauricien alors que ce dernier avait déjà répondu aux questions.
L’apprenti Reehaze Hoolash (Ivory Snow) fut aussi appelé à commenter les événements. Il déclara qu’il était placé en épaisseur et n’avait rien entendu.
Les courses respectives de Danger Man et d’Ivory Snow furent passées à la loupe. D’emblée, Patrick Merven demanda que la première course de la 9e journée soit projetée sur l’écran alors qu’il lui fut demandé de commenter la course de Danger Man. Il insista sur la projection de ce film et ne voulut pas faire de commentaires sur la prestation de Danger Man, avant de revenir à de meilleurs sentiments et déclarer qu’il n’avait rien à redire. En ce qu’il s’agit du film 91, il tint à démontrer que Danger Man est le genre de cheval qui a tendance à s’arrêter quand son jockey pose les mains et que la même tactique avait été utilisée ce jour-là.
Swapneel Rama ajouta qu’il avait essayé de prendre Rulerofmyheart par surprise au début de la descente vu que le rythme avait baissé. Ce qui ne fut pas de l’avis de Budheswar Gujadhur, qui demanda au board de lui communiquer les temps fractionnés de la course. Il fut d’avis qu’il y avait toujours un bon rythme dans la course. Comme attendu, Patrick Merven répliqua pour trouver que le rythme pouvait être bon pour son cheval et pas nécessairement bon pour ses adversaires, tout en précisant qu’il n’y avait aucune animosité entre les deux parties. Selon lui, aucun des poursuivants n’avait dû être sollicité pour garder contact avec la tête de la course. Budheswar Gujadhur fit ressortir que Danger Man termina à plus de 14L du vainqueur. Mais pour Swapneel Rama, ce fut surtout en raison de la gêne subie par son cheval avant la dernière courbe – ce dernier dut être repris et il fut difficile de le remettre en jambes – qu’il termina aussi loin.
Reehaze Hoolash fut appelé à commenter la course d’Ivory Snow, plus particulièrement à partir des 400m. Il déclara d’abord que Danger Man n’allait plus devant lui, d’où sa décision de déboîter sa monture pour attaquer le meneur avant de souligner que son cheval est un one-pacer et qu’il était impératif d’attaquer de loin pour avoir les meilleures chances de son côté.
Mardi matin, à la reprise des enquêtes, on fut surtout intéressé par deux nouveaux éléments si on peut s’exprimer ainsi. Paul Foo Kune fit part au board des RS d’une conversation qu’il a eue avec Dinesh Sooful samedi après-midi, après la journée. Selon le Stable Manager, le jockey lui aurait reproché de l’avoir mis dans l’embarras face à ses collègues mauriciens faisant appel à lui comme témoin, en présence d’Avinash Ashkurn, un membre de son écurie. Dinesh Sooful accepta d’avoir eu une conversation avec le Stable Manager mais nia le fait qu’il avait parlé des problèmes qu’il pourrait rencontrer avec ses pairs.
Dinesh Sooful revint sur le fait qu’il avait effectivement entendu des cris peu après le départ de la course et souligna à nouveau que cela venait de Johnny Geroudis (Go West).  En ce qu’il s’agit de sa rencontre avec l’état-major de l’écurie Foo Kune mardi dernier, il fit part au board qu’il a l’habitude de plaisanter avec le Stable Manager. Il ajouta qu’il avait déclaré à ce dernier que « banne la ine b….. Rulerofmyheart» et que cela avait joué en faveur de Hugo The Boss. Toutefois, il semblerait, toujours selon lui, que le Stable Manager avait mal interprété ses dires. Il fut aussi question que le jockey Sooful ait demandé à Paul Foo Kune pourquoi l’apprenti Hoolash en avait après lui. Là aussi, Dinesh Sooful réfuta ces arguments.
Le board revint sur les courses respectives de trois des partants en l’occurrence Rulerofmyheart, Danger Man et Ivory Snow. On eut droit à des moments chauds entre Cédric Ségéon et Robbie Burke et il fallut l’intervention du board pour que tout rentre dans l’ordre.