L’apprenti Jameer Allyhosain, qui venait d’ouvrir son compteur au Champ de Mars, n’a pu s’en tirer pour sa monte de Please To Progress. Il a été trouvé coupable de n’avoir pas suivi les instructions de Raj Ramdin et ne pourra monter dans les trois prochaines courses réservées aux jockeys et apprentis locaux.
C’est la principale information qui a découlé des enquêtes initiées à l’issue de la journée de samedi dernier.
On peut dire que Raj Ramdin n’a pas du tout apprécié la monte de l’apprenti. On pourrait même avancer qu’il a essayé d’enfoncer le clou à quelques reprises. Ses instructions étaient de courir en tête ou dans le peloton de tête. Jameer Allyshosain a déclaré pour sa part que son cheval avait mal démarré et que sa monture s’était retrouvée plus en retrait que prévu. Il a ajouté qu’il a alors quelque peu paniqué et qu’il n’a pas voulu solliciter son cheval vu que ce dernier était en épaisseur.
Raj Ramdin n’a pas été du tout d’accord avec ces explications. Le départ de la course a alors été projeté pour démontrer que Please To Progress avait effectivement démarré de travers, heurtant la porte gauche de sa stalle avant de frôler Mount Fuji.
L’entraîneur n’a pas pour autant abdiqué. Il a trouvé que Jameer Allyhosain pouvait néanmoins solliciter son cheval pour prendre position plus proche de la tête de la course. Le cavalier a été d’avis que le train était rapide et qu’il lui était préférable de chercher une position proche de la lice au lieu d’être condamné à faire les extérieurs.
A ce moment là, Raj Ramdin a tenu à souligner qu’il aurait préféré que son cheval court en épaisseur plutôt que de rester loin du meneur. Il annonce alors le chiffre de 25L, ce qui est exagéré.
Quand Jameer Allyhosain a été questionné sur son manque de vigueur à l’entrée de la ligne droite, il a répondu vouloir refaire ses rennes car lors de la monte de Van Der Scaler, celles-ci étaient un peu lâches.
Il est venu de l’avant pour présenter ses excuses aux Racing Stewards et à l’entraîneur Raj Ramdin tout en soulignant que c’était la première fois qu’il participait à une épreuve de 1850m.
Raj Ramdin n’en a pas démordi pour autant, trouvant que la faute de l’apprenti ne pouvait être dû à son inexpérience car d’autres claimers tels Alvinio Roy, Sanish Ramgopal, Mevin Teetan ou encore Krishen Chummun sont parvenus à l’emporter cette saison en dépit de leur inexpérience.
Le Chief Stipe est alors monté au créneau pour dire à Raj Ramdin qu’il ne pouvait s’attendre à ce que Jameer Allyhosain monte comme un cavalier confirmé étant encore inexpérimenté d’où la raison d’avoir droit à une remise de 4 kg au poids.
Jameer Allyhosain a alors été inculpé pour n’avoir pas suivi les instructions de Raj Ramdin. Le board des Racing Stewards a été d’avis que la sanction la plus juste était trois courses de suspension comme cela avait été le cas pour le dernier apprenti qui avait été pénalisé sous cette charge.
L’incident qui avait eu lieu peu après le départ de la première épreuve de 1000m de samedi dernier a aussi été pris sur le fond. On se souvient que peu après le départ, Act Of Valor a versé à l’intérieur quand il a été dirigé vers la tête de la course. Step To Fame a été forcé en direction de Strum et a dû être repris par son jockey. Strum a aussi été incommodé durant l’action.
Après avoir entendu les parties concernées, la logique a voulu que ce soit Swapneel Rama le coupable. Le cavalier a écopé d’une mise à pied d’une semaine seulement car il avait réalisé un parcours sans faute de plus de 35 montes avant sa première interférence de la saison.
En ce qui concerne l’enquête sur le manquement de Mark Neisius au sujet de son poids dans la deuxième épreuve où il était engagé à monter Pimpernel, aucune sanction n’a été prise à son encontre vu qu’il avait, au départ, accepté cette monte à 57.5 kg, mais que les poids ont été revus à la baisse par un demi-kilo après l’exercice des retraits et qu’il n’était pas fautif. Ses explications ont été acceptées.
Il faut savoir que d’autres enquêtes pour des cas d’interférences ont eu lieu samedi dernier, principalement dans les cinquième et septième courses, mais qu’aucune suite n’a été donnée pour ces fautes car les responsabilités pouvaient être partagées dans l’un des deux cas.