Cédric Ségeon n’oubliera sans doute pas la première journée de courses de la saison 2015. Cravache d’or 2014 à sa cinquième saison à Maurice, le voilà qui écope d’une lourde suspension de six journées et d’une amende de Rs 150 000 pour n’avoir pas donné toutes les chances à Triad Of Fortune pour remporter The Zinivioeff Plate.  Il a fait appel de cette sanction.
La cravache de Patrick Merven qui rempilait pour la cinquième saison de suite pour le même employeur n’en croyait pas ses oreilles quand il fut «charged» pour avoir enfreint le règlement 160 A (a) des Rules Of Racing «for not taking all the reasonable and permissible measures to ensure to win.» Le reproche du board des Racing Stewards fut que la cravache française n’avait pas monté «with his usual vigour and determination over the final 100m».
Cédric Ségeon plaida non-coupable et avança comme défense qu’il s’était adapté au cheval, l’avait monté comme il se doit et trouva que sa monte ne pouvait être comparée à celles de Robbie Burke (Bandido Caballero), Fausto Durso (Gemmayze Street) ou Gregorio Arena (Saziwayo).
Patrick Merven devait déclarer que Triad Of Fortune était un jeune cheval qui avait très mal couru l’an dernier. Il avait été castré et était à sa première course après sa castration. Il avait demandé à son jockey de la placer en midfield, de ne pas le bousculer et de juger par lui-même par la suite.
Concernant les chances du cheval, compte tenu de sa mauvaise prestation de l’année dernière en dépit du fait qu’il avait laissé une bonne impression à l’entraînement, il avait été décidé de jouer sur la prudence. Cependant, il était espéré que le cheval allait courir en progrès.
Cédric Ségeon, appelé à lire la course, souligna qu’il avait jugé utile de déboîter sa monture et de suivre Elite Class dans la descente, considérant que ce dernier était le cheval à battre. A l’entrée de la ligne droite, il dut changer sa cravache de main du fait que le cheval avait tendance à verser à l’extérieur. Il souligna alors que sa monture prit beaucoup de temps à se remettre en jambes et qu’il dut s’adapter à Triad Of Fortune.
Une des questions qui furent posées à Cédric Ségeon concerna le fait que le cheval avait déjà commencé à verser à l’extérieur quand il décida d’utiliser sa cravache à main droite alors que celle-ci était dans sa main gauche.
L’autre point d’interrogation était son manque de vigueur. Et là, sa monte sur Triad Of Fortune fut comparée à celle sur Ruby King.
Cédric Ségeon ne trouva aucune différence entre les deux montes, sauf l’utilisation de la cravache.
Pour lui, il ne pouvait être dur envers Triad Of Fortune qui allait sans nul doute se dérober comme il l’avait fait au début de la ligne droite. Ainsi, il avança qu’il laissa sa monture commencer à enclencher avant de lui donner quatre à cinq coups de cravache.
Ses explications ne furent pas acceptées. Pour soutenir ses dires, il déclara que tous les chevaux ne pouvaient être montés de la même façon. Il souligna qu’il n’avait pas été «slack, mais que mon cheval avait pris du temps pour accélérer.»
Il devait aussi ajouter qu’il a monté pendant cinq ans à Maurice et qu’il n’avait jamais été inculpé de n’avoir pas donné toutes les chances à un cheval pour remporter une course. Les seules fois où il fut sanctionné — il devait gagner ses cas en appels — c’était quand il fut question de n’avoir pas monté à la satisfaction des Racing Stewards.
Agir en professionnel
 Suite à un rapport de Dinesh Sooful à l’encontre de Cédric Ségeon lundi matin après le training, les Racing Stewards ont ouvert une enquête au sujet des menaces, des jurons et même des propos racistes qui auraient été lancés.
Or, après avoir entendu les deux jockeys concernés, il s’avère que tel ne fut pas le cas sauf qu’il y eut effectivement une petite algavade entre les deux cavaliers. Il fut décidé de ne pas poursuivre avec l’enquête. Cependant, le Chief Stipe devait dire que les courses n’avaient pas besoin que des choses de ce genre viennent ajouter leur grain de sel. Il a ainsi demandé aux deux protagonistes d’agir en professionnel, en personnes responsables et de ne pas se fier à ce qui est écrit sur les réseaux sociaux.
Par ailleurs, toujours mardi matin, une autre enquête fut ouverte sur le fait que Rakesh Bhaugeerothee ne put monter Mobschief au poids imprimé au programme. L’entraîneur Jean-Michel Henry fut réprimandé (neglectful) pour ne pas avoir averti le board en conséquence, comme cela a été décidé à partir de cette saison.