Johnny Geroudis a fait appel contre la décision du board des Racing Stewards de le sanctionner d’une mise à pied de deux journées et d’une amende de Rs 50 000. Les RS sont arrivés à la conclusion que le jockey de l’écurie Rousset n’avait pas monté Aspen Emperor à leur satisfaction.Johnny Geroudis sera donc en selle sur les chevaux de son écurie samedi.
Le board des Racing Stewards avait été d’avis que deux sections de la quatrième course de samedi dernier, la partie initiale et la ligne droite finale étaient sujettes à des interrogations sur la monte du Sud-Africain.
Ce fut du reste les questions qui furent posées à l’entraîneur et au jockey mardi matin. Le board voulut dans un premier temps savoir quelles étaient les instructions.
Gilbert Rousset déclara d’emblée qu’il n’y avait pas de «specific instructions» au jockey Geroudis tout en ajoutant qu’Aspen Emperor était un «newcomer who was badly drawn first time out and who was better drawn this time. Our concern was that it was his first time over 1600m though he should get the distance on his pedigree. The main thing was to try to relax him and make him drop the bit.»
Les ordres en ce qui concerne Bronco Buster furent aussi évoqués. L’entraîneur dira que «the problem was his heavy weight and he had to run this race as there was none ahead. He has the bad habit of being slow at the start. We would be happy if he jumps well with the Monty Roberts Blanket. He was down in division and we were expecting a good race.»
Appelé à donner sa version des faits, Johnny Geroudis souligna que son cheval se montra quelque peu ardent dans la partie initiale et qu’il aurait eu à «let him go» s’il avait voulu prendre position devant Royal Times sur les barres. Il ajouta que sa monture se relaxa par la suite avant qu’il ne la mit sous pression. «He did hang out a bit in the straight but I rode him with full vigour in the final stages.»
Gilbert Rousset ajoutera que pour lui «Aspen Emperor was more keen than expected and it took more time to get him relaxed. He did shift out mid-straight but he was ridden with full vigour.»
Johnny Geroudis trouva que Bronco Buster se montra plus résistant que prévu. Il s’attendait à le voir céder dans les derniers mètres du fait qu’il portant 61.5 kg mais il n’en fut rien. Le Sud-Africain pensait pouvoir faire la différence quand sa monture s’amena à l’extérieur du meneur mais celui-ci reprit le large à l’entrée de la ligne droite pour ne pas être rejoint.
Le Chief Stipe lui fit remarquer que sa monture versa à l’extérieur pendant 175m et qu’il ne fit aucun effort pour la redresser ou changer sa cravache de main comme il l’avait fait au début de la ligne droite. Ian Paterson souligna qu’Aspen Emperor versa sur sa gauche dès que la cravache lui fut montrée. Il s’attendait à voir un jockey de sa trempe réagir pour apporter les corrections nécessaires.
Ainsi, les explications de Johnny Geroudis concernant la première partie de l’épreuve furent acceptées. Toutefois, il fut «charged» d’avoir enfreint le réglement 160 (A) (i) des Rules Of Racing dans la me sure où «after having pulled the whip to his right hand, he continued to show him the whip over 175m though his mount was shifting ground. At no stage he attempted to bring his whip to his left hand».
Johnny Geroudis déclara au board que si jamais il était sanctionné, il préférait une amende à une suspension vu que c’était la première fois qu’il se retrouvait devant eux et aussi parce que son écurie connaît actuellement un excellent début de saison. Il fut toutefois suspendu et mis à l’amende.
Nooresh Juglall fut sanctionné d’une amende de Rs 25 000. En selle sur Eagle Award, il fut trouvé coupable d’une faute à l’encontre de Tiger Island.
Sunil Bussunt, lui, devra faire banquette pendant une journée pour le même genre de faute. Il était en selle sur Piece Of Paradise lors de la gêne subie par How Many To Won au 200m.