Les jockeys ont été avertis que les Racing Stewards seront plus sévères cette saison, mais les fautes d’interférence sont toujours d’actualité. Il ne se passe pas une semaine sans qu’un cavalier ne soit mis à pied pour négligence. Ainsi, Nooresh Juglall, qui était de passage, a écopé d’une suspension de quatre journées qu’il purgera au Singapour, à partir du 16 de ce mois.
On se souvient qu’à 300m de l’arrivée, le cheval Blue Lord a chuté, entraînant dans sa chute le jockey Kevin Ghunowa. Heureusement que ce dernier s’en est sorti avec plus de peur que de mal. Trois jockeys furent appelés à donner leur version des faits. Kevin Ghunowa dit que son cheval s’est subitement retrouvé sur les postérieurs de Urbi Et Orbi avant de chuter. À une question des RS, il devait répondre qu’il n’y avait pas eu de contact entre sa monture et Ravatak qui était à son intérieur.
Ravi Kumar Vaibhav, jockey de Urbi Et Orbi a, pour sa part, déclaré que son cheval n’a à aucun moment versé à l’intérieur et qu’il est resté sur la même ligne.
Nooresh Juglall a estimé qu’il y avait de la place pour passer à l’intérieur de Blue Lord et qu’il avait pu y engager la tête de son cheval. Les Racing Stewards lui ont alors démontré que s’il y avait assez d’espace pour la tête de Ravatak, tel n’était pas le cas pour le corps d’un cheval tout entier. Il devait alors dire que Urbi Et Orbi était le fautif vu qu’il avait versé à l’intérieur.
Par la suite, Kevin Ghunowa est venu de l’avant avec le fait que son cheval a été forcé vers l’extérieur quand Ravatak s’est infiltré à son intérieur et que sa monture est alors montée sur le postérieur de Urbi Et Orbi.
Nooresh Juglall s’est défendu mordicus avant de finalement plaider coupable quand il a été mis au-devant de la charge de négligence.
Jugeant que la faute était grave vu qu’il y a avait eu une chute, quatre journées de mise à pied ont été sa sanction.
Toujours samedi dernier, le jockey de Jean-Michel Henry est aussi passé à la trappe. C’était lors de la course d’ouverture où il était en selle sur Domani. En sollicitant sa monture aux 250m, celle-ci a versé à l’intérieur, gênant Big Lion qui a alors perdu sa position. La cravache sud-africaine a plaidé coupable et suspendu pour deux journées.
Swapneel Rama était un des rares mauriciens à avoir réalisé un bon parcours depuis le début de la saison. Tel n’est plus le cas maintenant car il a lui aussi été trouvé coupable d’avoir enfreint le règlement 160 1 (e). En selle sur Karraar, il s’est retrouvé quelque peu en épaisseur peu après le départ. En allant chercher une position plus proche de la lice pour ne pas faire les extérieurs, Cinchona s’est retrouvé dans un espace restreint avant d’être repris au 1200m. Swapneel Rama a accepté sa faute. Mais il n’a été pénalisé que d’une semaine de mise à pied vu qu’il n’a pas commis de faute pendant plus de 35 montes.
Rakesh Bhaugeerothee a pu s’en sortir avec la faute commise à l’encontre de Super Glue alors qu’il était associé à The Real Hero. Ce dernier avait brusquement versé à l’extérieur à 250m de l’arrivée pour entrer en collision avec la monture de Yashin Emamdee. Rakesh Bhaugeerothee a pu démontrer qu’il avait été pris par surprise par la dérobade de sa monture. Si du côté des Racing Stewards on a voulu s’appuyer sur le fait que le cheval est connu pour changer de ligne en ligne droite, Rakesh Bhaugeerothee est venu de l’avant avec le fait que The Real Hero s’est bien comporté lors de ses trois courses de la saison 2016 et que c’est la première fois qu’il a vu un cheval se dérober aussi vite. Il a aussi souligné que The Real Hero a commencé à verser quand celui-ci s’est aperçu du mouvement de cravache de la main droite.
Par contre, il n’a pu s’en sortir dans le cas de Rum Tum Tugger qui a été contraint de ralentir peu après le départ de la septième course. En dirigeant Melson vers la tête de la course, celui-ci a légèrement versé à l’intérieur et obligé Stephen Baster à reprendre son cheval sur trois foulées. Dans un premier temps, Rakesh Bhaugeerothee a essayé de mettre la faute sur le dos d’Anthony Andrews (Al Capitano) avant de plaider coupable. Il sera absent pendant deux journées.