Le board d’appel a pris la décision d’accepter l’appel que Derreck David avait interjeté de sa suspension de 4 semaines et l’amende de Rs 50 000, une sanction infligée par le board des Racing Stewards pour n’avoir pas monté Sole Mio (12e journée) à leur satisfaction. De ce fait, le jockey de Gilbert Rousset sera en selle samedi, lors de la 17e journée.
Le board d’appel était composé de Me Patrice Doger de Spéville (avocat). Il était entouré de Me Ravi Bhookun (avocat) et MM Padaruth Phunindranath, Alain Tennant et AJ Frantz Merven. Derreck David était représenté par Me Yahia Nazroo (avocat) alors que le conseil légal du Mauritius Turf Club était Me Sanjay Bhuckory.
L’appel avait débuté vendredi, mais avait été ajourné à mercredi après-midi. Lors de la première séance, il avait été question du visionnage du film de la course et de sa lecture par les principaux intéressés, à savoir le Chief Stipe Stéphane de Chalain, le jockey Derreck David et Me Yahia Nazroo. D’un côté, il fut question de soutenir la charge qui a mené aux sanctions et de l’autre de réfuter ces arguments. Les points importants concernaient le fait que le jockey Derreck David avait sollicité sa monture dans la partie initiale, soit dès le départ jusqu’aux 1200m et à partir des 1000m.
19 points d’appel avaient été présentés par Me Yahia Nazroo. Deux d’entre eux, à savoir les No. 6 et 7 qui faisaient référence à la présence d’une tierce personne lors des délibérations ne furent pas prises en considération.
Me Yahia Nazroo fut d’avis que « the conviction and sentence should be quashed inasmuch as the Chairman of the Racing Stewards acted under the wrong premise that the burden of proof fell upon the Appellant to show that he was not guilty of the charge. » Or, selon Me Nazroo, c’était aux RS de démontrer la culpabilité de son client.
« … the charge as styled is vague… »
Il était aussi d’avis que son client n’avait pas obtenu un fair hearing du fait que « the Chairman Of Racing Stewards had, throughout the inquiry been dwelling under the wrong premise that it was for the Appellant to exculpate himself of the charge leveled against him by the RS. »
Mais le plat de résistance de l’appel était concentré sur les points 4 et 5 qui font état que la partie de la course qui était reprochée à Derreck David n’avait pas été bien déterminée et que le libellé de la charge ne correspondait pas à la section de l’épreuve qui avait été pointée du doigt.
« The charge as style is vague, as it does not precisely state which part of the race is being reproached to the Appellant the more so that there is a glaring discrepancy between the parts of the race inquired into and the part of the race subject matter of the charge » mais aussi que « the RS inquired into a section of the race, which is different from what they have reproached the Appellant in the charge, which covers the part after the 1000m mark for a distance which is indefined. Therefore, the evidence does not support the charge and the Appellant cannot be convicted in the circumstances. »
L’enquête selon la partie appelante était concentrée sur le départ jusqu’aux 1200m, alors que la sanction découlait du fait que Derreck David avait sollicité sa monture à partir des 1000m sans donner plus d’indication. Il trouva aussi qu’il n’a pas été dit quelles furent les conséquences du move de son client.
Les détails de la charge à l’issue de l’enquête firent référence que « after having urged his mount vigorously from the start to near the 1200 metres, when there was an opportunity for him to settle his mount behind the leader on the outside of Gameloft, he unnecessarily urged it forward leaving the 1000 metres when the pace was a good one, this being counter-productive to its chances in the race, resulting in Sole Mio fading badly over the concluding stages. »
Toujours selon Me Nazroo, les Racing Stewards auraient dû avoir une approche plus objective tout en tenant en ligne de compte les spécificités du cheval, le parcours du jour, les instructions, le pas de la course et en prenant en considération le cheval qui menait le peloton. Il devait ajouter qu’il n’avait pas été fait mention que Sole Mio aurait terminé dans l’argent alors que le jockey David avait déclaré qu’il n’avait pas sollicité son cheval après les 1200m, mais l’avait laissé courir à son rythme et n’avait fait que suivre le mouvement de sa monture.
Mention fut également faite du jugement de la police dans l’affaire Arena où une charge de cheating avait été logée contre le jockey, avec l’intervention de l’ancien entraîneur J. Serge Henry qui avait soutenu son jockey tout en admettant que celui-ci avait peut-être commis une erreur. L’affaire avait été par la suite rayée.
Me De Spéville intervint pour dire qu’après avoir tenu en ligne de compte tous les éléments de l’enquête, la décision finale restait entre les mains de Racing Stewards.
Yahia Nazroo trouva dans le point 14 l’approche bias des RS qui auraient, selon lui, déjà trouvé son client coupable au lieu d’écouter les arguments de ce dernier. Il était surtout question de leur part de faire en sorte que le jockey David soit du même avis qu’eux. Ce qui fit qu’ils n’auraient pu arriver à la conclusion que le jockey avait fauté selon le règlement 160 A (i) des Rules Of Racing.
Yahia Nazroo devait reprocher au board des RS de n’avoir pas considéré que Sole Mio était un newcomer, qu’il ne pouvait être jaugé sur sa première course, qu’il est surtout un cheval de 1000m, qu’il est un sprinter, qu’il a tendance à se montrer ardent, qu’il avait beaucoup tiré lors de ses débuts, que les instructions de l’entraîneur Gilbert Rousset n’avaient pas été retenues par les RS, ainsi que la décision de retirer tous les équipements à la prochaine sortie du cheval, la satisfaction de l’entraîneur sur la monte de son jockey et que l’appelant n’avait rien fait de vicieux entre autres.
Il devait aussi trouver que les RS ne pouvaient pas dire à son client lors de l’enquête que c’était la deuxième fois que celui-ci se retrouvait devant eux pour une même charge alors que le cas Seeking Angelo était en appel. Cet élément fut discuté tant par le Chairman du board d’appel que par le représentant légal du MTC.
Mention a été faite que, dans le passé, la faute incriminée à Derreck David méritait une amende ou deux semaines de suspension, couplée d’une amende.
Or, Derreck David avait été sanctionné de six semaines de suspension avant de voir sa sanction réduite à quatre semaines, couplée d’une amende de Rs 50 000 et que cette sanction n’avait pas sa raison d’être.
Enter Sanjay Bhuckory
Ce fut autour de Me Sanjay Bhuckory de réfuter les arguments de la partie appelante. Celui-ci trouva d’abord que la charge émise à l’encontre de Derreck David pouvait être disséquée en deux parties. Du départ jusqu’aux 1200m et à partir des 1000m. Il a été d’avis que dans la première partie, le jockey David avait vigoureusement sollicité sa monture et que cela ne pouvait être contesté. Il ajouta que « the jockey stated he was caught in no man’s land and his horse was already dead going to the 800m. On account of the manner he had ridden, it was clear he was pushing his horse. »
La seconde partie concernait qu’il avait « unnecessarily urged his mount forward leaving the 1000m, d’où la question de Stéphane de Chalain « why did you continue to push your mount forward passing the 1000m ? » Ce à quoi le jockey avait répondu : « Down the backstraight, I am not pushing. His head is up at me. I am going with his motion. »
Pour Sanjay Bhuckory, Derreck David avait bien compris ce qui lui était reproché et que le backstraight commençait à partir des 1000m, alors qu’en ce qu’il s’agit de la partie concernant Rye Joorawon (Gameloft), qui lui avait crié après, l’intervention de Stipe Alain Rousset était venu à bon escient d’où sa question « why does he go again ? » et ce, après le passage des 1000m quand Rye Joorawon était intervenu de la voix.
Sanjay Bhuckory s’interrogea aussi sur une des réponses données par Derreck David lors de l’enquête. « I decided to move a bit more, because of the horse on my inside. « Ce qui vient à dire qu’il avait sollicité sa monture », a-t-il trouvé avant de conclure que « the consequences that Sole Mio could have finished placed is not an element that has to be pleaded. He finished second last at 14.75L from the winner. The urging was counter-productive and he faded badly in the concluding stages. Derreck David is an experienced jockey and that move influenced on the performance of his horse. »
Après avoir entendu les parties concernées et une trentaine de minutes de délibération, le board d’appel prit position en faveur de Derreck David, tandis que les conclusions de l’appel seront connues ultérieurement.