Pravesh Horil a été lourdement sanctionné pour sa monte sur Ambassador Rex qui avait été aligné dans la dernière course de dimanche dernier. Le Mauricien a été trouvé coupable de n’avoir pas monté son cheval à la satisfaction des Racing Stewards. Il a écopé d’une mise à pied de cinq journées et aura à payer une amende de Rs 25 000.
L’enquête sur la monte d’Ambassador Rex avait débuté dès dimanche après-midi. Peu après la course, il nous revient que l’entraîneur Ramapatee Gujadhur était venu s’excuser auprès de Ricky Maingard sur la monte de Pravesh Horil. Ricky Maingard était dans tous ses états et il le fit part aux journalistes présents. Il pointa du doigt la monte de Pravesh Horil aussi bien que celle de Jean-Roland Boutanive dans la première course où ce dernier avait été associé à Cool Style.
Pour revenir à la course d’Ambassador Rex, l’interrogation des Racing Stewards concernait le fait que Pravesh Horil avait préféré rester à l’extérieur dans la partie initiale alors qu’il lui était possible de prendre position derrière le meneur Rebel’s Game.
Questionné à cet effet, le cavalier mauricien avait été incapable de répondre à la question dimanche après-midi.
Quand l’enquête reprit son cours mardi matin, l’entraîneur Ramapatee Gujadhur déclara d’emblée que Pravesh Horil acceptait sa faute et concédait qu’il aurait dû regarder à l’intérieur pour placer son cheval à la corde.
Le jockey souligna qu’il ne s’attendait pas à voir Rebel’s Game courir en tête et son entraîneur lui avait demandé de prendre la position tête et corde vu l’absence d’un vrai meneur.
Pravesh Horil devait aussi ajouter que Rye Joorawon lui avait demandé avant la course quelle serait sa tactique et qu’il avait répondu que les ordres étaient de courir en tête. Il souligna que Rye Joorawon ne fit alors aucun commentaire.
Le film de la course fut projeté et le Chief Stipe fit remarquer qu’au 1300m on pouvait voir Rye Joorawon regarder dans la direction de Pravesh Horil pour sans doute lui reprocher quelque chose.
«Oui, c’est ma faute. J’aurai dû regarder à l’intérieur. C’est la première fois que je commets ce genre de faute et j’accepte de payer les conséquences», a tenu à souligner Horil.
Il lui fut alors fait remarquer qu’il avait fauté en deux occasions et que cette faute a joué à l’encontre de son cheval. La première fois au passage du but pour la première fois et la seconde entre le 1200 et le 900m.
Ce qui vient à dire qu’il avait plus de 300m pour placer son cheval à l’intérieur alors que l’écart s’était agrandi entre sa monture et le cheval qui était derrière lui.
Sa monte fut jugée comme étant un bad ride et il fut sanctionné en conséquence.
Explanations noted, show more judgement
Pas moins de trois enquêtes ont aussi eu lieu pour la course du Maiden. Le premier à être interrogé par les RS fut Jeanot Bardottier qui montait le favori Bulsara. Les instructions étaient de prendre un bon départ et de se placer tranquillement à la corde. Puis, à 600m de l’arrivée de se placer dans une position qui lui permettrait d’attaquer. Ramapatee Gujadhur tint alors à souligner qu’il avait fait part à son jockey du short burst du cheval.
Le film de la course fut projeté. Le Chief Stipe demanda à Jeanot Bardottier pourquoi il ne s’était pas rapproché dans la descente alors que son cheval accusait environ 10L de retard au 1000m.
Il répondit qu’il appréhendait le fait qu’il soit emmené à l’extérieur par Diamond Light qui courait one off. Il démontra alors que quand Bulsara accéléra au 600m, Diamond Light alla plus vers l’extérieur.
Ramapatee Gujadhur trouva que Bulsara n’accéléra pas comme il a l’habitude de le faire. Il se demanda s’il n’avait pas trop travaillé le cheval. (Ndlr) On tient à faire ressortir que Bulsara parcourut les 600 derniers mètres en 35.08s, soit de loin la meilleure fin de course de tous les engagés.
Il fut décidé de ne pas aller de l’avant avec l’enquête.
Vint le tour de Swapneel Rama de se retrouver devant le board des RS. Dans ce cas précis, il fut surtout question du fait que le jockey avait trop repris sa monture.
Patrick Merven fit mention qu’il avait dit à Swapneel Rama que s’il n’était pas possible de devancer Diamond Light, de se placer derrière lui. Ce qui fait qu’il s’attendait à voir son cheval se positionner en cinquième position. Il laissait le libre choix à son jockey pour la suite des opérations tout en soulignant qu’il préférait le voir courir half off et de la save au maximum.
Patrick Merven ajouta qu’il avait aussi avisé Rama que si Bulsara se plaçait devant lui, de suivre tranquillement ce dernier.
Trois sections de la course intéressèrent les Racing Stewards. Le départ jusqu’au 600m. Le 600m au 1000m et le 1000m au but.
Il fut demandé à Swapneel Rama pourquoi il avait repris son cheval aux environs du passage du 600m pour la première fois alors que le rythme imposé était bon.
Stéphane de Chalain fit alors référence aux temps fractionnés avant de faire ressortir que le tempo avait nettement baissé entre le 1400 et le 1000m.
Patrick Merven intervint alors pour demander pourquoi les autres qui suivaient Skippyjon Jones n’ont pas tenté quelque chose.
Swapneel Rama s’appuya toujours sur le fait que Vettel et Love Struck avaient faibli la dernière fois et qu’il ne se préoccupait pas d’eux. A en croire qu’une avance de 6 à 7 longueurs n’était pas préoccupante. Les adversaires, dit-il, étaient derrière Skippyjon Jones.
Swapneel Rama devait alors faire ressortir qu’il était à son tout premier Maiden en 15 ans de carrière et concéda qu’il n’aurait peut-être pas dû trop reprendre sa monture.
Le board prit la décision de ne pas aller de l’avant avec l’enquête, mais demanda à Swapneel Rama de «show better judgement in races»
Il était aussi prévu d’ouvrir une enquête sur la monte de Diamond Light, mais le jockey et l’entraîneur n’ont pu être avisés à temps.
Dimanche, les RS s’étaient aussi interrogés sur la course de Billy Bojangles, piloté par Rye Joorawon.
Ce dernier expliqua que son cheval est un long striding horse et aussi la raison pour laquelle il avait repris sa monture au 1200m. Ek Tha Tiger en ayant profité pour se placer à l’intérieur, il préférait courir one off de peur d’être pris dans un tiroir.
Rye Joorawon dit aussi qu’il avait la possibilité de diriger son cheval vers l’intérieur dans la descente, mais continua sa route en dehors. Il devait alors souligner la présence de Cools Style qui vint alors l’enfermer et dit ne pas comprendre la tactique du jockey Boutanive dont la monture se retrouva en troisième épaisseur.
Ricky Maingard fut du même avis et ne comprit pas pourquoi Cools Style resta aux côtés de Billy Bojangles en troisième épaisseur alors qu’il pouvait continuer son effort. L’entraîneur fut même d’avis que Cools Style suivait le mouvement de Billy Bojangles.
Rye Joorawon souligna que si son cheval avait pu être déboîté, les choses n’auraient pas été les mêmes dans la ligne droite. Il prit l’option d’aller vers l’extérieur car il avait une décision à prendre en l’espace d’une seconde. Son cheval prit alors plus de temps pour retrouver sa vitesse de croisière.
Lui aussi devait voir ses explications être notées.