Robbie Burke a été sanctionné d’une mise à pied de quatre journées et de Rs 50 000 d’amende pour ne s’être pas assuré que Captain’s Bounty obtint la meilleure place à l’arrivée de The Malartic Plate. Il fut trouvé coupable de n’avoir pas monté son cheval avec sa vigueur et sa détermination habituelle pour que celui-ci se donne à fond en ligne droite. Ayant plaidé non coupable, il a décidé de faire appel contre les sanctions émises à son encontre.
Avant que ne débute l’enquête, le Chief Stipe, Ian Paterson a fait ressortir que l’entraîneur Ricky Maingard avait, avant la course, fait part aux Racing Stewards, qu’il avait demandé à Robbie Burke de «try to put the horse behind the field and do his best in the straight.» L’entraîneur devait aussi ajouter que le cheval avait beaucoup sué lors de son premier barrier trial et que c’était une «traumatic experience» et qu’il fut difficile de le remettre en confiance pour courir à nouveau, surtout après son retrait de la troisième journée. «Le Chief Handler Jean-Marc Halbwachs me fit part que ce cheval s’était montré difficile dans les stalles en Afrique du Sud. Il n’est aussi pas impossible qu’il ait véçu une mauvaise expérience avec la cravache», souligna Ricky Maingard avant d’ajouter qu’il ne se rappelait pas s’il avait fait part au board du fait qu’il avait demandé à son jockey de ne pas utiliser la cravache si possible.
«There was no problem if he wins the race. I would say he was very unlucky. I am of the opinion Ségeon’s horse cost us the race. For an unknown reason, the horse was kept 2-3 wide and found himself in no man’s land. Had he followed closer to the rails, we would have won the race.»
A Robbie Burke d’ajouter «Ségeon gave me a nice lead in the race. I was happy where I was. At the 300m, he got slightly  unbalanced but he extended well to the line. I gave him two slaps on the shoulder. If I was in the place of Ségeon’s horse, we would have won. Pacewise, it was quick enough. Had I gone on the outsider, I would have found myself in the position of Geroudis’s horse, ending up pushing his head off around the turn.»
Ian Paterson demanda alors au jockey s’il pensait avoir monté son cheval à fond dans la ligne droite finale.
«They stopped in front. If I went quicker I would have ended stopping like all the others. Had I done more or less, he would have done the same in the straight.»
Ricky Maingard trouva que ce fut un «very professional ride and Robbie Burke is a jockey that uses his legs a lot. Captains Bounty is a very sensitive horse who, may be, will mature et become more robust later.»
Après avoir entendu les explications des parties, le Chief Stipe annonça que son board avait décidé de mettre une charge à l’encontre de Robbie Burke pour avoir enfreint le règlement 160 A (a) des Rules Of Racing.
L’Irlandais plaida non coupable mais fut trouvé coupable et sanctionné en conséquence.
Il est à noter que Robbie Burke avait été, samedi dernier, sanctionné d’une amende de Rs 25 000 pour careless riding sur Grand Baie.
Une enquête avait aussi été ouverte sur la ligne droite de Princeton (Ségeon). Le Français expliqua qu’il avait eu le malheur de perdre sa cravache. «I decided to use the whip in a back hand manner. I managed to give him two slaps but it slipped. It was very windy.»
Sa monte fut alors comparée à celle sur Gida (5e journée) quand il avait aussi perdu sa cravache.
«I was able to slap him with the left hand as he was on the rails. Princeton had a horse on his inside.»
Ses explications furent acceptées.