Le board des Racing Stewards n’a pas chômé à l’issue de la 8e journée. Pas moins que quatre jockeys ont été suspendus. Nishal Teeha (3 semaines-improper riding), Jean-Roalnd Boutanive (1 semaine-careless riding), Sunil Bussunt (3 semaines-not riding to satisfaction), Darryl Holland (2 semaines+Rs 25 000-not riding to satisfaction), Vincent Allet (Rs 25 000-not informing Racing Stewards of a change of tactics), Daniel Moor (Rs 25 000- careless riding.) Darryl Holland a aussi été pénalisé d’une amende de Rs 25 000 pour careless riding (I’ll Be Back).
Mardi matin, Sunil Bussunt fut le premier à se retrouver devant les commissaires de course pour expliquer sa monte sur Tobeastar. Raj Ramdin était aussi présent et avait donné comme instructions de chercher la position tête et corde sans toutefois bousculer le cheval ou de se placer en deuxième/troisième position.
Stéphane de Chalain demanda à Sunil Bussunt pourquoi il avait pris la décision de déboîter sa monture et de la solliciter dans la descente.
Sunil Bussunt répondit que le fautif était Jean-Roland Boutanive qui avait repris Eastward Bound. Il alla même jusqu’à dire que le jockey Boutanive monta comme un apprenti qui venait de débuter. Il dit aussi qu’il avait peur que Dream In Combat ne montât sur les postérieurs de son cheval avant d’avancer que Shield Of Thunder était en troisième épaisseur.
Il fut alors démontré que Sunil Bussunt pouvait demeurer derrière Eastward Bound et qu’il avait, lui, décidé de solliciter sa monture avant de la déboiter pour se porter à l’extérieur du meneur. A un certain moment, il avança qu’il voulait se placer entre le meneur et Eastward Bound.
Encore une fois, le film démontra que cela n’était pas possible. Il plaida non-coupable de la faute qui lui fut imputé, mais le board trouva qu’il avait «from leaving the 1100m when in a good position behind Eastward Bound, without any good cause, shifted out and urged your mount to run with the leader and that it was counter productive to the performance of your mount.»
A la recherche d’un avis légal
Puis ce fut au tour de Vincent Allet et de Darryl Holland d’être entendus pour la monte de Catwalk Model.
Au sujet des instructions, le Britainnique déclara qu’il lui avait été demandé de «Jump and try to lead as there were not a lot of fast horses. If one is quicker, sit in second position.» Il ajouta qu’il avait «tried the same at his first outing but was squeezed at the start. He was slow away and I had to persevere quite vigourously to go to the lead. I decided to sit second before pressing the leader to go quicker.»
Si Vincent Allet parle des courses courues par Catwalk Model en Afrique du Sud où ce dernier avait mené et gagné, Stéphane de Chalain souligna pour sa part que tel n’avait pas été le cas au Champ de Mars.
L’entraîneur fit référence à la dernière course de Captains Bounty quand ce dernier n’avait pas couru en tête.
A Darryl Holland, Stéphane de Chalain demanda  «You said the pace slowed down. To be able to get close to the pace, did you have to ask your mount for an effort?»
«I am not here to ride for Maingard’s horse.» fut sa réponse alors que le Chief Stipe lui demanda «Would you have had to work that hard to go to the front if your horse had pace?»
«I followed the instructions to lead. I had to use more energy. I reported after the race that the horse lost his action in the straight. Brandon wanted to go slower. When I got to him, he let his horse go and I took my horse back.»
Darryl Holland parle alors de la tactique employée avec Zambezy Torrent la saison dernière que tout le monde avait trouvé «fantastic».
Alain Rousset fait alors part que normalement dans une course rapide, ce sont plus souvent les finisseurs qui l’emportent. Dans une course lente, la victoire revient généralement à l’un des chevaux de tête et au cas où le pas est régulier, tout le monde a sa chance.
«I thought he was not going quick enough for me. But after having ridden him, I would say he has no cruising speed.»
Ainsi, après avoir entendu les explications des parties concernées, le board décida de «charge» l’entraîneur Vincent Allet pour ne l’avoir pas informé du changement de tactique avec Catwalk Model. L’entraîneur refusa de plaider à cette charge, arguant qu’il avait le droit de chercher un avis légal.
Stéphane de Chalain lui fit alors comprendre que Catwalk Model n’avait jamais mené un peloton au Champ de Mars.
Vincent Allet déclara alors qu’il a trouvé inadmissible qu’un Racing Steward soit présent dans une loge proche de la sienne à 5h30 pour engager des conversations avec les membres d’un établissement alors qu’une enquête était prévue ultérieurement.
Darryl Holland aussi ne plaida pas à la charge de n’avoir pas monté Catwalk Model à la satisfaction des Racing Stewards.
Il fut alors décidé que l’enquête continuerait quand Vincent Allet et Darryl Holland auront obtenu une réponse à leur demande.
Après quelques dizaines de minutes, il fut trouvé que les deux demandeurs étaient en contravention avec les règlements et n’avaient pas le droit de rechercher un avis légal. Toutefois, ils pouvaient toujours ne pas plaider à la charge et que ce serait au Chief Stipe d’entrer un «plea of non guilty» pour eux. Ce qui fut fait et en «mitigation» Vincent Allet dit à nouveau qu’il n’y avait eu aucun changement de tactique et qu’il avait été prévu de courir à l’avant lors de la 6e journée, mais que son cheval n’avait pu le faire après avoir été pris en sandwich au départ.
Vincent Allet fut trouvé coupable d’avoir enfreint le règlement 157 (3).
En ce qui concerne Darryl Holland, c’est le règlement 160 A (i) qui n’a pas été suivi. «After having vigogously urged your mount to secure a forward position, at the 700m, withount any good cause, you asked your mount to press the leader as the pace was a regular one, thus being counter productive to your horse»
Darryl Holland trouva qu’il était dans une «difficult position» vis-à-vis de son entraîneur et ne trouva rien à redire en «mitigation».
Il fut sanctionné en conséquence.
Improper riding
Samedi, le board des Racing Stewards avait sévi en quatre occasions, trois fois pour des fautes d’interférence et une fois pour un improper riding. Pour ce dernier cas, il a été jugé que Nishal Teeha devra observer une mise à pied de trois semaines après avoir plaidé coupable.
Nishal Teeha déclara quand il fut questionné que son entraîneur lui avait demandé de prendre la direction des opérations et de monter son cheval dans l’emballage final.
Le film de la course fut alors visionné et le Chief Stipe demanda au jockey s’il avait regardé entre ses jambes dans la descente pour voir où se trouvait son compagnon d’écurie Lietuva. Le Mauricien répondit par la négative et souligna qu’il voulait tout simplement savoir où étaient situés ses poursuivants pour savoir s’il n’avait pas imposé un rythme trop soutenu.
Ce qui intéressa le board des Racing Stewards fut la section de la course à partir du 400m quand Obama quitta les barres intérieures.
Stéphane de Chalain lui fit remarquer qu’il avait la cravache dans la main gauche et qu’il l’avait changée de main pour donner un petit coup sur la nuque de sa monture.
Nishal Teeha répondit qu’il avait pris cette décision vu que sa monture n’avançait pas comme il l’entendait.
Il lui fut alors indiqué qu’il aurait dû solliciter sa monture avant de se servir de la cravache. Le Chief Stipe lui demanda aussi pourquoi il ne s’était pas servi de la cravache de la main droite. Le film démontra aussi qu’Obama versa à l’extérieur suite au coup de cravache et que son jockey persista avec sa cravache sur le côté droit tout en utilisant « a backward movement » plus vigoureusement et que son cheval se dirigea davantage vers l’extérieur alors qu’il aurait dû le ramener vers l’intérieur.
Nishal Teeha déclara alors qu’il ne s’attendait pas à voir son cheval verser à gauche. A une question de Samraj Mahadia qui avait auparavant embrassé la carrière de jockey sur le fait qu’il est toujours recommandé de ne pas se servir de la cravache dans une courbe, Nishal Teeha devait répondre par l’affirmative.
Le board voulut aussi savoir si le jockey était au courant de qui était derrière lui et qui était à son extérieur. Il dit n’en avoir pris connaissance qu’en regardant le film de la course. Il fut alors mis devant le fait qu’il avait ouvert le passage à son compagnon d’écurie et favori Lietuva et forcé le challenger principal Elite Class à aller plus à l’extérieur, parcourant de ce fait plus de terrain.
Nishal Teeha plaida de la faute qui lui fut imputée. Comme il plaida coupable, sa sanction fut réduite d’une semaine.
Darryl Holland écopa d’une amende de Rs 30 000 pour avoir été négligent dans la première course. En selle sur I’ll Be Back, il laissa sa monture verser à l’intérieur à 150m de l’arrivée. Dust In The Wind, qui essaya de profiter d’un passage entre le cheval de Vincent Allet et Torero Dancer, vit le passage se refermer et dut être ralenti avant d’être redirigé vers l’intérieur pour continuer sa route. Le Britannique accepta sa faute et fut pénalisé en conséquence.
Jean-Roland Boutanive sera absent lors de la 9e journée. Le Mauricien plaida coupable d’avoir gêné Tobeastar au 1250m quand il laissa sa monture se diriger vers l’intérieur alors que celle-ci n’avait pas assez d’espace pour le faire. Après avoir accepté sa culpabilité, Jean-Roland Boutanive déclara qu’il était dans l’incapacité de payer une amende et préférait une suspension.
Daniel Moor fut, lui aussi, sanctionné pour négligence, et ce, pour la première fois. Il lui fut reproché, alors qu’il était en selle sur Prince Alwahtan, de forcer Bataan à se diriger vers l’intérieur au 1400m. Ce qui fit qu’Isipho dut être repris pour ne pas monter sur les postérieurs du cheval de Shailesh Ramdin. Pour avoir accepté sa culpabilité, il écopa d’une amende de Rs 25 000.