L’enquête sur le cheval Tigger, de l’écurie Serge Henry, trouvé positif au Furosemide à l’issue de sa course de la 24e journée, a débuté mardi matin. Après avoir entendu les parties concernées, l’enquête a été ajournée à une date ultérieure.
On se rappelle que le lundi 19 août dernier, Serge Henry avait été informé que l’échantillon de Tigger, pris à l’issue de sa course, présentait du Furosemide. L’entraîneur demanda alors que le B sample soit envoyé à Paris pour analyse. La présence de Furosemide fut confirmée par cette instance le 23 dernier.
Pour l’enquête, Serge Henry, le chef palefrenier Antonio Christome, le Dr Hurrydev Bissessur, vétérinaire de l’écurie, Bertrand Baudot, le chef analyste aussi bien que le chef vétérinaire, le Dr Christian Bourdet et le chef de la sécurité Nawaz Rawat furent entendus par le board des Racing Stewards.
Il fut établi que Tigger, ayant contracté une hémorragie pulmonaire auparavant, reçut une injection de Diuride 500 le mardi 6 août, soit quatre jours avant sa course comme c’est le cas concernant tous les bleeders se trouvant à l’écurie. Aussi, une prise de sang fut effectuée le vendredi 9 et celle-ci, à l’analyse, se révéla négative.
L’attention du board des Racing Stewards fut attirée par les présences du chef palefrenier de l’écurie et du Dr Bissessur se dirigeant vers le box de Tigger le vendredi 9 peu après 5h du matin, et qu’ils y sont restés pendant environ une minute. Les deux personnes concernées furent alors questionnées sur cette présence. Le Dr Bissessur répondit qu’il est d’usage qu’il vérifie tous les partants de l’écurie alors que Antonio Christome fit état d’une conversation autour des jockeys. Il est à noter qu’Antonio Christome est le palefrenier qui fut en charge de Tigger quand le cheval arriva à Port-Louis en provenance de Floréal le dimanche 4 août.
D’après le déroulement de l’enquête, il est supposé que le cheval Tigger aurait reçu une autre dose de Furosemide avant d’être pris en charge par le service de sécurité du Mauritius Turf Club, c’est-à-dire vendredi matin après sa prise de sang. Les questions qui pourraient s’imposer sont quelle est la durée de l’absorption du produit par le système d’un cheval, si l’échantillon de sang n’aurait pas dû être positif à l’analyse, et si l’injection fut administrée par voie intraveineuse ou intramusculaire.
Il est aussi à noter que Tigger n’était pas un vainqueur lors de la 24e journée et il fait partie des rares cas où l’échantillon d’urine d’un cheval autre que le vainqueur fut pris aux fins d’analyse.
Après avoir écouté les parties concernées, il a été décidé de reporter l’enquête.