Aucune sanction n’a été prise à l’encontre de Vincent Allet ou de Darryl Holland à l’issue de l’enquête ouverte par le board des Racing Stewards sur les instructions et la monte du cheval Kapiti Coast, vainqueur de la septième course de samedi dernier. Cependant, il a été demandé aux concernés que la monte du cheval le 2 mai dernier était «of serious concern« et qu’ils ne doivent pas «leave room for query» à l’avenir.
Samedi dernier, à l’issue de la journée, Vincent Allet avait été appelé en premier pour qu’il fasse part au board des ordres qu’il avait donnés au jockey Holland. Ce dernier fut par la suite convoqué pour savoir si les propos de l’entraîneur correspondaient à la réalité.
Vincent Allet devait faire état que «Kapiti Coast is not a quick horse. To get him into the race. As the inside is not good, to set for the outside.»
Le jockey confirma ces instructions tout en ajoutant qu’il lui avait été demandé «to jump — he was still slow — and to get a better position as it is a 1365m. We put a Noseband, a Drop noseband and a Citation Bit. He was more manageable. If there was pace, to let him roll on.»
Suite à ces déclarations, le board décida d’ouvrir une enquête sur le «running and riding» de Kapiti Coast.
Ainsi, mardi matin quand tout le monde s’est réuni dans le Stipes’ room, le transcript de l’enquête qui avait été ouverte sur la course de Kapiti Coast lors de la 5e journée fut distribué à tous ceux concernés.
Le Chief Stipe Stéphane de Chalain fit alors un récapitulatif de ce qui avait été dit tout en demandant à Vincent Allet  et Darryl Holland de faire des commentaires.
On retiendra que «Kapiti Coast est un cheval qui tire et qu’il ne faut pas le solliciter au départ. Il a même tendance à tirer sur 1000m. Darryl Holland a alors tenu à souligner que «last time, I let him jump on his own and I did not took him back».
«Try to put him in the race»
Le Chief Stipe voulut alors savoir de Vincent Allet la signification de «Jump and try to put him in the race».
Ce à quoi l’entraîneur répondit qu’il voulait que son jockey plaçât  sa monture «where the going is good, get the good going.»
Stéphane de Chalain insista sur la question et demanda «How to get him in the race».
Vincent Allet souligna encore une fois qu’il avait demandé au jockey de «prendre un bon départ et d’essayer d’être dans le bon going, la piste à l’intérieur n’étant pas dans un bon état. Il a sauté et il se retrouva à l’arrière-garde.»
Darryl Holland fut questionné sur sa monte. «Did you ride him the same way?»
«Yes, this time he had a Citation Bit. I am paid by Allet stable and I am here to follow the orders»
Stéphane de Chalain fait alors référence aux instructions données lors de la 5e journée.
«This time it was a 1365m race, last time a 1400m one. I followed the instructions. Jump and sit. I was at the rear of the field. There was no change in tactics,» dit le jockey.
Vincent Allet dit alors «Je suis là pour gagner des courses. J’ai demandé au jockey de se placer dans le bon going. J’ai fait ce que je pensais être le mieux pour le cheval. Le going l’a peut-être aidé.»
Le film de la course de samedi dernier est alors projeté.
A Darryl Holland. «Are you assisting him to go forward»?
«Yes» a été sa réponse.
Le film de la 5e journée est visionné.
«Why did not you improve inside?»
C’est Vincent Allet qui intervient pour souligner «Il a commencé à jouer de la tête»
Darryl Holland trouva, pour sa part, qu’il n’y avait aucune différence dans sa façon de monter avant de souligner « I was less agressive in the 5th meeting. He started better this time. Last time he sits back. This time he went wide and let him roll».
Stéphane de Chalain à l’entraîneur: Had your jockey not asked for an effort, would your horse be on the outside anyway?»
Au Britannique de souligner «It’s a shorter trip. I follow orders and I had to get him in the race.»
C’est au tour de Samraj Mahadia de poser une question.
«You did not worry your horse would pull?»
Réponse de Holland:  «I felt more confident. He had the Citation Bit that kept him more relaxed.»
Le ton monte d’un cran
Après un break de 10 minutes, France Law, l’un des co-propriétaires de Kapiti Coast est appelé comme témoin par Vincent Allet qui lui pose des questions. Le Chief Stipe trouve que l’entraîneur met plutôt des mots dans la bouche de son propriétaire. En fait, rien d’important n’en est ressorti. On a pu savoir qu’il avait été demandé au propriétaire de jouer le cheval lors de la 5e journée, mais que tel n’avait pas été le cas samedi dernier.
Samraj Mahadia revient à la charge sur l’ordre de «get him in the race, make him jump better, get a better start…»
Alain Rousset parle pour la première fois et s’adressant à Darryl Holland, il fait alors référence aux «people talking about what was said by you, the way you started the horse. 35  metres less but the sectionnal times almost the same on 1365 or 1400m. A l’entraînement, vous dites que le cheval avait pris la main à Sunil Bussunt ou Sunil Bhundoo alors qu’il portait une Drop Noseband. Pourquoi avoir porté ce harnachement en course»?
Alain Rousset se réfère alors à les galops enregistrés par Kapiti Coast dans le magazine spécialisé Racetime.
Cette remarque ne plaît pas à Darryl Holland et Vincent Allet montre aussi sa désapprobation.
«You are telling me that I am a liar», dira Darryl Holland avant d’ajouter qu’en 25 années de carrière il n’a jamais été traîté de la sorte et Il s’en est fallu de peu pour que Vincent Allet ne perde son sang-froid.
Le Chief Stipe demande à l’entraîneur de se calmer.
C’est au tour de Jacques de Comarmond de demander des éclaircissements sur les ordres donnés samedi dernier.
Comme quoi si «get the horse into the race» voulait dire «go to where the going is suitable» ou «race in a forward position, mid-field and not at the back.»
«He is a difficult horse. I rode him once at trackwork. We put different gears to settle him.» répondit le jockey.
Vincent Allet fit remarquer qu’en tant qu’entraîneur, il ne tient pas en ligne de compte les temps fractionnés. Il regarde et apporte des ajustements si nécessaire. Il a aussi tenu à préciser quelques points sur la façon de faire courir Kapiti Coast, de la première course du cheval au cours de la présente saison avant de préciser qu’il n’y avait rien de changer dans ses instructions et que le «racing pattern» du cheval est resté le même.
«Nous ne sommes pas là pour mettre les courses dans l’embarras, surtout par les temps qui courent. Nous sommes là pour faire de notre mieux pour le cheval. Je suis à la disposition des journalistes pour donner des explications si besoin est.»
Darryl Holland souligna pour sa part que «if the track was good, he would have had a sit last Saturday and we would not be here if the horse did not win the race».
Le board a pris plusieurs longues minutes pour délibérer. Le Chief Stipe déclara que son board s’était penché sur toutes les considérations possibles avant de décider de ne pas aller de l’avant avec l’enquête.