Sur Bollywood Boulevard, Subhasni bavarde avec les étoiles, les stars du cinéma hindoustani. Elle retransmet leurs éclats sur les ondes radio et sonde un univers particulier propre aux vedettes des studios de Bombay. La jeune femme facétieuse affiche un sourire et invite à un voyage dans son monde à elle.
Tous les jours, “you need to find something special”. De sa voix douce, Subhasni jongle avec plusieurs langues dans une phrase et finit par avouer : “Je pense trop. I overthink par moments, mais overthinking in a positive way.” Elle s’évertue à tirer le meilleur des choses et des gens. On comprend que notre animatrice est centrée boulot et qu’elle est exigeante envers elle-même. La préparation de Bollywood Boulevard est une préoccupation de chaque instant pour ses neurones. D’où ce besoin de positiver et de s’octroyer quelques plages de relâche afin de reprendre de plus belle. De carburer à plein régime.
Subhasni est une fille joviale et hyperactive, qui a besoin de dépenser le trop-plein d’énergie pour ne pas se consumer intérieurement. Elle est toujours à l’affût de quelque chose de fantasque à faire. Ce sera, selon sa fantaisie, l’escalade d’une montagne ou un saut en parachute. Quarante secondes de chute libre pour une montée d’adrénaline digne de sa fureur de vivre à cent à l’heure.
Féminine jusqu’au bout des ongles, bien qu’elle dise le contraire, Subhasni est quelque part un garçon manqué qui souffre du syndrome de Peter Pan. Elle se refuse à grandir et garde une certaine candeur pour prendre la vie du bon côté.