Revoilà l’entraînement Rameshwar Gujadhur, serait-on tenté de dire. Après quatre journée «sans», cet établissement retrouve le sourire par l’entremise d’un doublé. Subiraj Gujadhur a sans nul doute pousser un ouf de soulagement, même s’il savait pertinemment bien que la roue allait tôt ou tard tourner en sa faveur.
C’était effectivement la joie au sein du yard de l’établissement à l’issue de la 15e journée et l’entraîneur avait même revêtu ses beaux habits pour l’occasion. Certains lui en avaient fait la remarque au début de la journée. Comme quoi, il s’attendait sans nul doute à voir ses couleurs briller samedi dernier.
« Oui, c’est vrai que quelqu’un m’en avait fait part. C’est normal qu’il y avait une certaine joie après une période de disette. Nous avions été desservis par la ligne en quelques occasions et les circonstances n’avaient pas été en notre faveur. Cette fois, nous avions de bonnes lignes. Les chevaux étaient bien dans leur peau et ils ont accompli ce dont on attendait d’eux. Oui, c’est avec le sourire que nous avons accueilli ce doublé», dira l’acting trainer.
D’autre part, on avait trouvé que Marco Van Rensburg avait frappé d’entrée, mais que le Sud-Africain était resté muet depuis. De quoi susciter des interrogations sur ses capacités. Cependant, Subiraj Gujadhur ne partage pas cet avis même s’il accepte que son jockey a parfois commis des erreurs.
«Ecoutez, vous savez pertinemment bien comme moi qu’il n’est jamais facile de monter au Champ de Mars. Il y a l’élément chance qu’il faut aussi tenir en ligne de compte. Oui, notre jockey a commis deux ou trois erreurs. On lui a fait comprendre qu’il y a des choses qui ne peuvent être permis au Champ de Mars qui est un hippodrome bien particulier. Il a su réajuster le tir et voilà le résultat.»
Si Captain Magpie a été la satisfaction de 2014, il n’arrive pas à retrouver ses marques tandis que le nouveau Scorecard, lui, continue sur sa lancée. On serait tenté de dire que ce dernier a pris la relève.
«Captain Magpie est le champion des 3 ans la saison dernière et Scorecard a été acquis pour participer à l’édition 2015 qui n’a malheureusement pas eu lieu. Captain Magpie n’arrive pas à retrouver ses marques cette saison. On a décidé de le raccourcir et de lui faire porter des oeillères du fait qu’il avait tendance à s’avouer vaincu trop tôt. Reste que le jockey aurait dû le reprendre quelque peu une fois en tête, même s’il est vrai qu’il s’est montré ardent. Scorecard a gagné trois courses jusqu’ici dont deux sur le gazon. We cross fingers et espérons qu’il continuera sur sa lancée.»
Des membres exemplaires
Pour revenir à la période d’insuccès, Subiraj Gujadhur a tenu à remercier les membres de son établissement pour leur soutien.
« Vous savez, personne n’aime perdre. Il y a des choses en course qui sont hors de notre contrôle. Et cela mes membres l’ont compris depuis le début. Je dirai même que ce sont des sportifs sans exception et je les salue pour cela.»
Des remerciements, Subiraj Gujadhur en a aussi lancés à son entourage du fait qu’il ne peut être tout le temps sur place.
« Je ne suis pas entraîneur à cent pour cent, dans le sens que je le fais à temps partiel. Je ne peux être disponible tout le long d’une journée. De ce fait, il y a notre chef palefrenier Dario Basset-Rouget qui est d’une grande aide à Port-Louis. A Floréal, je peux compter avec le stable supervisor Anand Bharuth et le palefrenier Dadoune. Il y a aussi quelques membres qui me donnent un sacré coup de main.»
Deux épreuves portant les noms des Gujadhur était au programme de la journée. Peut-on dire que c’est par pure coïncidence que vous avez remporté ces deux courses ou que cela avait été planifié à l’avance?
« Rien n’avait été planifié. Les fixtures ont été dévoilés tardivement et on n’était nullement au courant. Oui, cela a été une coïncidence, mais cela a sûrement dû profiter à quelques supersticieux et pour nous cela fait toujours plaisir de remporter une coupe mise en jeu par un membre de la famille. Et pour revenir à la cinquième course, je suis d’avis qu’on aurait pu assister à une lutte entre nos deux représentants si Ashanti Gold n’avait pas été forcé à sortir de son pas quand Emerald Approach s’est amené dans la descente.»
A la question de savoir si Viento Magico ou encore Independence n’ont pas été à la hauteur des espérances, notre invité a trouvé que ces deux compétiteurs possèdent des circonstances atténuantes.
« Viento Magico tire beaucoup en course. C’est un cheval qui préfère généralement les parcours de moyennes distances. Cependant, il semblerait que sa conformation et sa façon de courir ne vont pas de pair avec les 1850m. On devrait peut-être songer à le raccourcir. Quant à Independence, il n’était pas cent pour cent fit à ses débuts et je peux vous dire qu’il a très bien pris sa course et s’est montré en progrès depuis.»