Le gouvernement mauricien a décidé de présenter la candidature de Jean-Claude de l’Estrac, qui occupe les fonctions de secrétaire général de la Commission de l’océan Indien, à la succession d’Abdou Diouf dont le mandat en tant que SG de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) arrive à terme à la fin de cette année.
Cette décision a été confirmée par le ministre des Affaires étrangères, Arvin Boolell, au Mauricien ce matin. « Toute une stratégie sera mise en place par le bureau du Premier ministre et le ministère des Affaires étrangères pour soutenir cette candidature », a dit Arvin Boolell.
Le Premier ministre Navin Ramgoolam a déjà avisé le secrétaire général de l’OIF Abdou Diouf de la présentation de la candidature de Jean-Claude de l’Estrac. Il a, d’autre part, déjà adressé une communication aux chefs d’État et de gouvernement des pays membres de l’OIF.
« Le temps de l’océan Indien est venu », a simplement déclaré Jean-Claude de l’Estrac, qui a confirmé sa candidature à cette haute fonction à l’Organisation internationale de la Francophonie. Il se trouve actuellement à Bruxelles où il participe en sa capacité de secrétaire général de la COI à des réunions avec les représentants de l’Union européenne sur les fonds qui seront alloués à la COI dans le cadre du onzième FED.
La candidature de Jean-Claude de l’Estrac sera annoncée officiellement à l’occasion de la journée de la Francophonie le 22 mars. Le Premier ministre compte évoquer la candidature mauricienne avec ses pairs lors des prochains sommets Afrique/Union européenne et Afrique/États-Unis. De son côté, le ministre des Affaires étrangères sollicitera le soutien de ses pairs lors de la prochaine réunion des ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’Union africaine.
Dans les milieux du gouvernement on fait comprendre que la campagne en vue de soutenir la candidature de Jean-Claude de l’Estrac reposera entre autres sur l’importance que prend l’indianocéanie sur l’échiquier mondial et le rayonnement de Maurice dans la région. « Au coeur d’un monde en recomposition, l’océan Indien est le nouveau centre de gravité de l’économie mondiale. Espace clé des échanges économiques et des transports d’hydrocarbures, il est l’océan qui baigne les puissances de demain », explique-t-on dans les milieux gouvernementaux.
« Aujourd’hui, les pays de l’océan Indien ont acquis le droit de s’exprimer dans le concert des nations et de faire entendre la voix d’un modèle indianocéanien de développement qui contribue activement à la diversité culturelle mondiale et à sa prospérité ».
Parmi les personnalités qui ont déjà annoncé leur intention de présenter leur candidature figure Henri Lopes, écrivain, homme politique et diplomate congolais.
Le choix du successeur d’Abdou Diouf se fera lors d’un prochain sommet de la Francophonie qui aura lieu à Dakar, Sénégal, du 29 au 30 novembre prochain. Il aura pour thème « Femmes et jeunes en Francophonie : vecteurs de paix et acteurs de développement ».