En marge des délibérations du comité ministériel sur le sucre, présidé par le
Premier ministre, Pravind Jugnauth, au sujet du ballon d’oxygène de Rs 1,3 milliard
pour le sucre, le député Arvin Boolell, au nom du Parti travailliste, est monté au créneau. Il dénonce la « braderie des acquis des travailleurs » de ce secteur dans le cadre de la mise à exécution des recommandations du Joint Technical Committee Report à l’étude

« Tout compte fait, ce rapport est “lopsided”, soit en faveur du Corporate Sector. Il est également évident que la relance du secteur sucrier ne pourra se faire sans avoir écouté et tenu en ligne de compte les analyses et commentaires des travailleurs de l’industrie sucrière ou même leurs représentants. Nous ne pouvons accepter que les droits acquis des employés de l’industrie sucrière soient lésés, et ce dans n’importe quelles circonstances », a déclaré au Mauricien l’ancien ministre de l’Agriculture.

Il n’est pas question qu’en cas de licenciements dans l’industrie, les travailleurs
aux champs ne puissent bénéficier des mêmes facilités que celles prévues dans le “Blue
Print” ou encore qu’en cas de fermeture de Médine, les dispositions de VRS ne soient
plus applicables. Nous y veillerons. Les recommandations de ce rapport ne tiennent compte que des intérêts du Corporate Sector a-t-il expliqué.

Selon Arvin Boolell, si le gouvernement ne rectifie pas le tir, les conséquences pourraient être extrêmement graves.