Cet après-midi s’annonce déterminant par rapport au sort qui pourra être réservé à la grève dans l’industrie sucrière, qui entame son huitième jour. En effet, une proposition du ministre du Travail et des Relations industrielles, Shakeel Mohamed, portant sur un deal sur la base d’une révision salariale intérimaire de 13 %, ne se heurte pas à une hostilité syndicale sur le fond. Le principal problème à résoudre se situe au niveau des modalités de la mise en application de cette révision salariale. Les syndicats font état de leur préférence pour une augmentation des salaires étalée sur deux ans alors que la MSPA privilégie une période de quatre ans.