Les prochaines heures s’annoncent décisives quant à une éventuelle sortie de crise, la grève des artisans de l’industrie sucrière étant toujours annoncée pour demain matin. Dans la matinée, la Mauritius Sugar Producers Association (MSPA) a formulé de nouvelles propositions, dont une révision salariale de 11% (voir détails plus loin). Toutefois, ce “package” s’est heurté à une fin de non-recevoir de la part des représentants du Joint Negotiating Panel (JNP), qui soutiennent que cette formule avait déjà été évoquée par le patronat sucrier devant la Commission de Conciliation et de Médiation, présidée par le Pr Ved Prakash Torul. De son côté, le ministre du Travail et des Relations industrielles, Shakeel Mohamed, garde espoir de pouvoir trouver une solution dans ce litige industriel, qui intervient dans un contexte politique délicat. Une nouvelle réunion entre les parties concernées pourrait être convoquée en cours d’après-midi par le ministère du Travail et des Relations industrielles. Intervenant au meeting de l’alliance PTr/MMM à Mahébourg, le leader du MMM, Paul Bérenger, a lancé un appel aux syndicalistes afin qu’ils laissent au gouvernement prochainement issu des urnes le temps de s’installer afin de régler le problème.
Ashok Subron, le représentant du Joint Negotiating Panel syndical, n’a pas fait dans la dentelle pour rejeter l’ultime offre de la MSPA, présentée à la presse et transmise au ministre Mohamed dans la matinée. « La grève des artisans de l’industrie sucrière de demain est maintenue de plus belle. Le JNP reste ouvert à la négociation sous la section 79 (a) de l’Employment Relations Act. Les laboureurs et artisans de l’industrie sucrière n’accepteront pas une telle proposition indécente de la part du patronat de l’industrie sucrière. D’ailleurs, cette affaire de 11% n’a rien de nouveau, car elle avait été proposée devant la CCM », faisait-il comprendre avec force à la mi-journée.
Le syndicaliste s’appesantit sur le fait que, dans la conjoncture, « il n’est pas question » d’accepter une remise en cause par l’industrie sucrière des droits acquis alors que le patronat veut forcer le travail du dimanche, pour la période de fêtes de fin d’année, ou la méthode pour le paiement des heures supplémentaires avec la semaine de 40 heures et l’intégration du boni de présence dans les salaires. « La MSPA ne doit pas prendre ses désirs pour des ordres. Sa ti letan lontan sa. Elle doit apprendre à respecter les droits fondamentaux des travailleurs », poursuit le négociateur syndical.
Tout en soulignant que les derniers préparatifs de la grève de demain ont été complétés, le JNP se dit « toujours ouvert à la négociation si l’occasion se présente » et n’écarte pas la possibilité de participer à toute réunion sous l’égide du ministère du Travail. Le ministre Mohamed a confirmé que la MSPA a signifié hier après-midi son intention de soumettre un “Package” pour mettre fin au litige. « Both parties will have to meet half-way. Je suis toujours prêt  à apporter ma contribution à cet effet. Je dois étudier tous les détails et je comprends très bien que ce n’est nullement évident. C’est difficile. Mais je suis en contact avec le Premier ministre, je fais le va-et-vient entre les différentes parties et la situation évolue au fil des minutes. I will leave no stone unturned », a-t-il dit tout en laissant la porte ouverte à une rencontre d’ici cet après-midi.