Après l’échec de la tentative de médiation dans le litige salarial au sein de l’industrie sucrière, le Joint Negotiating Panel, comprenant des syndicats de l’industrie sucrière, se prépare à entamer à partir de mercredi une grève. Cette action industrielle devra s’échelonner sur plus d’une semaine car les laboureurs devront se joindre le lundi 17 au mouvement initié par les artisans. La menace est que des employés des raffineries, des centrales thermiques et de Médine pourraient être concernés par la grève si aucune solution n’est trouvée entre-temps.
« Nous avons déjà complété les préparatifs pour la grève sur trois usines sucrières, soit Omnicane, Terra et Alteo. Le mot d’ordre du JNP est que les travailleurs se rassemblent devant l’entrée de leurs sites de travail tout au long de cette action industrielle. Nous préparons une grève de plus d’une semaine », déclarent les syndicalistes Serge Juaffret, Ashok Subron et Lall Dewnath.
Les syndicalistes dénoncent « la mauvaise foi de l’industrie sucrière ». « Malgre plizyer tantativ depi minis Travay, bann proprieter sikriye pe demontre ki zot fonsyerman pa dakor avek prinsip Collective Bargaining, kot travayer ena drwa de grev pou defann so lintere. Zot oule ki travayer negosye ar zot lame ek lipye atase. Bann proprieter tablisman krwar ki avek zot pwisans finansye zot kapav dikte tou kitsoz. Me sa fwa la travayer inn pare pou zot », avancent-ils.
Le JNP dénonce le fait que les droits acquis des travailleurs de l’industrie sucrière, en termes de travail le dimanche et jours fériés et de fêtes de fin d’année, de bonis de présence et d’heures supplémentaires pendant la semaine de 40 heures, sont menacés par le patronat.
Le JNP met en garde le Premier ministre, Navin Ramgoolam, et Paul Bérenger contre toute tentative de saisir la Cour suprême en vue d’interdire la grève. « Nou lans enn sever miz-an-gard a Navin Ramgoolam pou pa ekout lord MSPA pou al dimann interdiksyon lagrev dan Lakur Siprem. Si Navin Ramgoola pran enn tel desizyon, li pou non selman rant dan listwar kouma Premye Minis ki finn dimann interdiksyon premye lagrev legal, me li pou ousi rant dan listwar kouma enn zom tablisman », ajoutent-ils.
Les syndicats, qui rejettent catégoriquement toute idée de négocier selon les conditions imposées par la MSPA, prévoient également des rassemblements devant les bureaux de la MSPA et de l’hôtel du gouvernement en cas d’absence de solution.